Copie et droits d’auteur : droit de colère …

Il y a quelques temps je vous ai écrit un article sur la copie d’œuvre et les lois en vigueur s’y rapportant.

Aujourd’hui j’ai envie de pousser un petit coup de colère devant le sans gêne et l’impolitesse de certains peintres amateurs. Je m’explique. Il arrive parfois de voir lors d’exposition des copies. Pas des copies de maître, non ! Cela se verrait trop vite et c’est généralement interdit! Mais des copies de tableaux « péchés » sur internet, dans des magazines, des catalogues, ou pire encore, à l’aide de photos prises discrètement au dos de l’auteur. Je n’aime pas du tout cela. Je n’ai rien contre la reproduction. C’est même un excellent moyen d’apprentissage, pourvu que l’on essaye de comprendre l’œuvre et la technique. J’ai moi-même beaucoup appris en reproduisant des toiles de maître. C’est un bon exercice pédagogique. Mais jamais je n’ai exposé ces tableaux !

Que ces travaux restent à la maison de grâce.

Oser exposer ça avec sa signature en plus, faut pas abuser !!

J’en vois régulièrement. Le droit d’auteur, ça doit se respecter. A bon entendeur …

Voir l’article sur les droits d’auteur : cliquez ici

facebooktwitterpinterest

Tags: , , , ,

8 commentaires pour “Copie et droits d’auteur : droit de colère …”

  1. Aurélie dit :

    Oui, il y en a même pour mettre un morceau de tableau par-ci, et un bout d’un autre par-là, et une signature, leur toile devient un vrai patchwork totalement impersonnel. Ce genre de pratique me hérisse le poil, mais n’est pas près de s’arrêter, surtout avec internet.

  2. Joe Glennon dit :

    Eh bien moi je ne suis pas d’accord !
    On apprend bien mieux en copiant les artistes, c’est comme ça que j’ai débuter et de temps a autre ça me plait bien de faire une copie, mais !!!!! je signe de mon nom mais derrière la toile je marque bien que c’est une copie et que je ne suis pas l’auteur et quand j’ai la possibilité je demande au peintre si je peux le copier, comme je ne vend rien et que je n’expose pas je ne pense pas que je port préjudice a personne, au contraire, j’aide l’artiste a mieux ce faire connaitre et c’est bien vrai que rien ne vaut l’original !!!!!!

  3. Roy dit :

    En fait c’est aussi le fait que la personne ne sorte rien personnel de sa toile qui soit vraiment irritant. Et qu’elle cherche à acquérir un statut d’artiste en copiant. C’est beaucoup plus facile de prendre un chemin qui a déjà été tracé, on s’évite beaucoup de noeud au cerveau.

    Le côté fourbe de la chose est que ce genre de pratique trompe celui qui regarde le travail. Si je devais trouver une toile superbe (déjà j’en discuterai avec « l’auteur ») et si quelques jours après j’apprenais qu’elle n’était pas finalement pas de lui, j’aurais l’impression de m’être fait prendre pour un pigeon.

    La relation entre le visiteur de l’expo et le peintre qui expose une toile copiée sans en revendiquer l’origine, est faussé d’emblée. Alors qu’à mon sens, l’art permet un dialogue vrai seulement si l’oeuvre et l’artiste sont authentiques. Dans le cas contraire, tout le soi-disant cheminement de l’artiste pour créer son oeuvre ne serait qu’une chimère qui a pour but de tromper le regardeur.

    C’est vrai que comme tu le dis dans ton autre article sur les droits de reproduction, dès qu’il s’agit de commerce c’est vraiment plus délicat.

    En ce qui concerne internet, j’ai appris il y a peu de temps qu’il existe une licence appelée « licence art libre » qui permet (tout en respectant les droits d’auteurs) de modifier, diffuser et copier une oeuvre.

    http://artlibre.org/licence/lal

  4. rigaudon dit :

    N’est ce pas Picasso qui a copié Manet dans son déjeuner sur l’herbe, les maitres ne se genent pas pour copier, pourquoi pas les amateurs…..qui ne vendent rien

  5. Rémy NICOLAS dit :

    Vaste sujet,et belles réponses.
    Vendre une copie conforme d’une oeuvre me semble etre de la fourberie. Copier, bien sur ,j’ai appris de cette facon ,et j’apprends encore en m’inspirant de certains styles. Il faut voyager et internet est génial pour découvrir .Je classe les copies en archives ,mais jamais je n’oserais meme donner une copie. Et puis un jour il s’arreter d’etre un
    – -mateur et se mettre à marcher seul ,et là se construit,se dessine notre miroiret ;c’est fabuleux.
    Hélas, artisanat,objet décoratif commercial,pour le grand public ou sont les limites?…
    Comment vendre notre sincèrité ?

  6. piquet dit :

    Personnellement, cela me degoûte. Je trouve que c’est tellement facile.
    En effet, souvent on se décarcasse afin de trouver un « genre », un « style », une « patte » bien à soi, quelquefois cela dure des années avant d’y parvenir, et pour certains toute une vie. Puis en une seconde on vous pique tout cela.
    Honte à ceux qui profitent de nos toiles en se faisant payer, si si, en se faisant payer!! Voilà, c’est dit.

  7. Pat dit :

    Que l’on soit copié est en soi plutôt flatteur; c’est que notre œuvre attire ..mais..quand on la retrouve exposée alors cela devient désagréable car souvent mauvais , de plus il n’est jamais fait mention de l’œuvre originale sauf peut être lorsqu’ il s’agit de peintre reconnus..et encore! Il m’est arrivé de remarquer une toile que je trouvais magnifique mais en discordance avec les autres toiles du peintre. En l’interrogeant il me dit qu il s’agissait d’une copie! Heureusement il s’agit souvent de peintres du dimanche occupant leurs loisirs en copiant bêtement. Et c’est tout à fait différent d’une interprétation d’un tableau ou d’une photographie comme l’on fait beaucoup de maîtres et qui est instructif ..donc de grâce, n ‘exposez pas vos mauvaise copies, gardez les pour votre apprentissage et surtout n’y ajoutez pas un prix de vente !

  8. Djipipi dit :

    Moi ça ne me dérange pas d’être copié, bien au contraire. En fait qu’est-ce qui est copié? une image? un cadrage? des couleurs? Une oeuvre est bien plus que ça, c’est un tout: elle dégage une ambiance, un style, une personnalité…
    Extrapolons, c’est aussi stupide de se chagriner si quelqu’un racontait une histoire que j’ai inventée (si tant est qu’elle ne m’aurait pas été inspirée par d’autres). Il est certain qu’il ne la racontera pas comme moi. Et, si d’aventure il la racontait mieux que moi, je m’empresserai de m’inspirer de lui pour améliorer la mienne.
    Un peu de modestie on n’est jamais parfait pour raconter des histoires et encore moins pour interpréter par la peinture.

Laisser un commentaire