Comment massacrer un pastel en 10 secondes …. et sans tronçonneuse en plus !

Dans la série les mésaventures de Christelle voici la dernière. Ma pauvre amie a tout massacré un joli pastel sec qu’elle avait particulièrement réussi.

Et comble du paradoxe, c’est en voulant le protéger que les dégâts apparurent. Un pastel, c’est fragile. Pour le protéger la meilleure solution est de le mettre sous verre, à l’abri de tout frottement. Christelle, voulant bien faire, a pulvérisé du fixatif sur son œuvre, avant de l’encadrer. Du coup, l’œuvre est maintenant exposée au fond du placard aux rayon peintures ratés.

Le fixatif pour pastel sec fonctionne très bien. Il fixe la poudre et donne un aspect, suivant la dose, légèrement satiné comme un vernis. Mais le fixatif possède le terrible défaut de modifier quelque peu les couleurs d’un pastel. Il va foncer globalement toutes les couleurs, et inversement rendre les blancs et les jaunes transparents.

Imaginez tous vos rehauts de lumière s’estomper sous le fixatif ! Aïe ! C’est ce qui est arrivé à Christelle.

Donc méfiance !

Le mieux est d’utiliser le fixatif en cours de réalisation. Il arrive un moment ou le papier sature. Il est « gorgé » de poudre. Il est alors difficile de rehausser et poser par-dessus d’autres couleurs. A ce niveau d’exécution, on pulvérise un peu de fixatif et notre support peu de nouveau recevoir une grosse charge de pastel. C’est magique !

Une fois l’œuvre terminée, je déconseille donc le fixatif en guise de vernis. Et pour ceux qui préconisent l’option « système D », c’est idem avec la laque ! Un beau cadre sous verre, il n’y a pas mieux !

voir la collection : cliquez ici

facebooktwitterpinterest

Tags: , , , , , ,

4 commentaires pour “Comment massacrer un pastel en 10 secondes …. et sans tronçonneuse en plus !”

  1. Aurélie dit :

    Le fixatif a ce défaut d’écraser le pastel contre la feuille à cause du gaz sous pression. Si l’on en met trop, il en ressort une sorte de bouillie de couleurs ternes et du plus mauvais effet. Il ne faut se servir du fixatif comme couche finale que pour les travaux d’étude. Le sous verre est royal pour éviter ce genre de problème. Mais ça, il faut le savoir. M’est avis que les fabricants de pastels donnent des conseils bien trop rudimentaires dans les coffrets pour débutants. J’espère sincèrement que cette chère Christelle ne lit pas ton blog, car à force d’être toujours citée comme mauvais exemple, si j’étais elle je finirais par prendre la mouche. Un peu de tolérance envers les débutants, tu l’as été toi aussi un jour ! 😉

  2. Roy dit :

    Merci pour cet avertissement et ces conseils! J’ai pu observer qu’au fusain c’était déjà plus délicat de fixer toutes les particules avec le spray, j’imagine ce que ça doit être avec le pastel et toutes les nuances que cette technique peut donner. Il me semble que l’utilisation du fixatif pendant l’exécution du travail rend les traits plus sombres entre deux pulvérisations. J’ai aussi remarqué qu’à la longue, le fixatif jaunissait et du coup la feuille blanche perdait de son éclat… Au fait j’ai bien reçu ton mail, je viens de me rappeler que je ne t’ai répondu qu’en pensée, donc merci ^^.

  3. josianne dit :

    j ai malheureusement connu la chose!!! jai fait une tete de cheval blanc sur du papier canson noir
    la tete etait magnifique mais avec le fixatif la tete est devenue transparente et brillante peut etre que j en ai mit de trop ????
    je ne sait pas!???!! c etait la premiere fouis que je faisait au pastels j ai plutot l habitude a l aquarellecours reprenent lundi!!! heureusement!!!

    je vais poser la question au prof de peinture lundi:!!! les

  4. Comment travailler le pastel dit :

    […] – Souvenez-vous des malheurs de mon amie Christelle, relatés dans cet article. Evitez les fixatifs en guise de vernis de finition. Le sous verre, il n’y a rien de mieux pour […]

Laisser un commentaire