Concilier tempera et technique à l’huile

Avant la peinture à l’huile, la technique maîtresse utilisée pour la peinture de chevalet était la tempera. Un médium à base d’œuf dans lequel étaient broyés les pigments. L’eau servait alors de diluant.

Lorsque les techniques de peinture à l’huile se développèrent et se perfectionnèrent, certains peintres, et notamment les flamands, concilièrent ces deux techniques. En effet, beaucoup utilisait la tempera en première étape de réalisation d’un tableau, pour ensuite travailler par-dessus à l’huile ; En respectant ainsi la fameuse règle du « gras sur maigre ».

De cette astuce on peut aujourd’hui en garder le principe. A savoir réaliser l’ébauche de notre œuvre avec une peinture à l’eau (acrylique, caséine, vinylique), et poursuivre avec une peinture à l’huile. C’est dans ce sens, huile sur eau, parfaitement compatible. Cela permet de gagner du temps en délai de séchage, et d’avoir des fonds très précis. Et vous verrez qu’en adoptant cette technique, petit à petit vous irez de plus en plus loin à l’eau, pour ne réaliser que de petites finitions à l’huile.


facebooktwitterpinterest

Tags: , , , , ,

3 commentaires pour “Concilier tempera et technique à l’huile”

  1. Aurélie dit :

    A quand la tempera à l’oeuf sur Label Art ? Cette technique donne de superbes effets ! Sennelier fait des tubes prêts à l’emploi et même des coffrets. Il paraît que rien ne vaut la tempera préparée soi-même, je ne sais pas, je n’ai jamais testé cette technique. Mais sous tubes, c’est tout de même bien pratique !

  2. véro dit :

    Réaliser sa propre tempera est économique, enrichissant et valorisant. Alors oubliez un peu les fournisseurs du tout fait. Internet regorge de recettes à tester… Bonne recherche picturale!

  3. beacker dit :

    bjr Elisa, votre blog est-il tjrs actif ? si oui, besoin de renseignements au sujet de la tempera , bonne journée

Laisser un commentaire