Travailler en utilisant les bons éclairages

La lumière est un facteur important pour peindre. Un bon éclairage possède une incidence directe sur notre perception des couleurs. Pour s’en rendre compte, il suffit de contempler un tableau en intérieur, puis en extérieur pour voir la différence. Avec la lumière directe du soleil, les couleurs nous apparaissent bien différentes. C’est pourtant la lumière idéale, la plus juste et neutre. En effet, en atelier, nos ampoules ont tendances à modifier légèrement les couleurs. D’autre part, une lumière insuffisamment forte masquera des défauts de peinture, tels que des manques, et fanera les couleurs. Il faut donc, lorsque l’on travaille avoir une lumière qui se rapproche le plus possible de celle du soleil, la plus naturelle donc, et forte. Certaines ampoules ont le défaut de créer une lueur jaune. C’est le cas des halogènes. Ces ampoules ne sont pas du tout adaptées pour un atelier. La lumière émise n’est vraiment pas belle et trop faible. Nos anciennes ampoules à incandescence étaient bonnes mais il devient difficile d’en trouver. Les mieux sont donc les fluo-compactes de nouvelle génération, ainsi que les leds. Mais attention, il faut que celles-ci soient fortes, au moins supérieur à 4000K (kelvin, c’est l’indice qui permet de définir si la lumière est froide ou chaude). Le top étant de 6000K, puisqu’il correspond à la lumière du jour en extérieur. En dessous de 4000K, quels que soit le type d’ampoule, on aura une lumière jaune, chaude certes, mais pas bonne pour peindre. Si votre atelier est grand, les tubes fluo (néon) sont idéaux.

N’hésitez pas de temps en temps, à exposer votre travail en cour de réalisation à la lumière du jour (mais pas en plein soleil) pour corriger vos couleurs. Cela dit celle-ci change au cour d’une journée. Il faut choisir alors le bon moment, et répéter l’opération pour une meilleure perception des couleurs.

PS : au passage, mes remarques s’appliquent aussi pour vos séances de maquillage. A vos pinceaux 😉

 

facebooktwitterpinterest

Tags: , , , , , , , , ,

Un commentaire pour “Travailler en utilisant les bons éclairages”

  1. delestaque dit :

    Tout ça est vrai à quelques détails, je connais bien ce problème ayant travaillé toute ma vie en laboratoire photà à
    6000 K commence à devenir un peu froid, la lumière du soleil à midi et encore pas n’importe où ni n’importe comment est de , idéalement 5500 K
    j’ai d’ailleurs une ampoule économique qui est à 4000 K , c’est déjà pas mal, et je suis très sensible à cette notion de température de couleur, c’est vrai, les halogènes sont abominables, ils cumulent à 3400 K dans le meilleur des cas, si l’éclairage est abondant, et onéreux, il est absolument affreux
    alors les néons, d’accord, mais attention, il faut vraiment des types jour, le blanc industrie ne convient pas du tout, mais on trouve des types jour facilement sans aller chercher des tubes marque Macbeth parfaitement équilibrés,je ne sais d’ailleurs pas comment les gens voient les couleurs avec des lampes incandescentes ?
    là, je suis absolument en contradiction, les anciennes ampoules à filament n’avaient rien à voir avec la lumière du jour, en Kelvin on était à 3200, la puissance, ça il faut absolument le répéter n’a absolument rien à voir avec la température de couleur
    autrefois, on en était en photo à utiliser des  » thermocolorimètres  » maintenant, en numérique les appareils font  » le blanc « eux mêmes, comme les caméscopes, mais il est bon de rappeler ces notions intéressantes

Laisser un commentaire