Comment fabriquer son propre médium ?

 

Pour la peinture à l’huile, je ne le répéterai jamais assez, il est nécessaire d’utiliser un médium. C’est incontournable pour enrichir notre peinture de résine, et puis pour donner soit plus d’onctuosité, plus de collant, plus d’épaisseur, accélérer le séchage ou le ralentir etc. J’ai pu lire, dans des magazines, ou constater dans certains ateliers, qu’il y avait toutes sortes de recettes « maison », pour fabriquer son propre médium. J’ai vu des recettes vraiment farfelues, et très compliquées à élaborer. Moi j’ai l’habitude de prendre des médiums prêt à l’emploi, que je dilue avec de l’essence pour respecter la règle du gras sur maigre (vous vous souvenez !!!?). De temps en temps il m’arrive de composer ma petite sauce. J’ai une recette super simple, qui donne un médium fluide, onctueux, au séchage rapide. En fait, c’est Roland qui utilise ça. Et oui il en connaît des choses, et comme il dit, il n’invente rien !

Voici donc en exclusivité sa recette :

1/3 d’huile de lin

2/3 d’essence de térébenthine ou de pétrole

+ environ 5% de siccatif. Soit à peu près une bonne cuillère à soupe pour un verre de mélange.

Pour l’huile de lin, il faut la choisir décolorée, ou mieux encore polymérisée, ainsi elle ne jaunira pas. Cette dernière composera un médium plus collant et épais. Il ne faut jamais prendre d’huile de lin de supermarché, et pareil pour l’essence.

Donc achetez tous les ingrédients dans une boutique spécialisée beaux-arts. Cela revient bien moins cher que d’acheter des médiums tout prêts et c’est tout aussi efficace. Question de choix !!!

> Liste des produits :

Côté essence :

Essence de térébenthine Lefranc &Bourgeois

Essence sans odeur Sennelier

Térébenthine de Venis Talens

Essence de pétrole inodore Talens

Côté huile :

Huile de lin cuite Talens

Huile de lin purifiée Talens

Siccatif :

Siccatif de Courtrai Talens

Siccatif de Harlem Talens

Et pour ceux qui recherchent des médiums prêts à l’emploi, c’est par ici

D’autres recettes que vous souhaiteriez nous conseiller ?

A éviter : la recette de notre Mister Bean préféré qui n’utilise pas les bons ingrédients :

Voici dans la série tout ce qu’il ne faut pas faire :-)

facebooktwitterpinterest

4 commentaires pour “Comment fabriquer son propre médium ?”

  1. reboisson dit :

    Bonjour, j’aimerai avoir votre avis. J’ai peint plusieurs toiles à l’huile et certaines d’entre elles ne sèchent pas. j’ai essayé plusieurs trucs pour les rendre brillantes car ce sont des toiles aux forts contrastes et au fond noir. La 1ère, du vernis à retoucher en bombe, à partir de 2 couches même après 10 jours, toujours collant et poisseux. Donc, sur tu noir, c’est la cata, on voit des poils de la poussière se coller dessus. Puis, j’ai enlever mon vernis à retoucher avec un mouchoir imprégné d’essence térébenthine et appliqué un mélange huile de lin, médium siccatif et térébentine sur la surface. Le résultat est le même au bout de 8 jours toujours aussi pégueux. J’ai fait un autre essai avec plus de peinture et que du siccatif et c’est pareil, ça fait 5 jours. J’en ai marre… Vous avez une idée.
    merci d’avance de me renseigner

  2. Médium Montauban dit :

    Article très intéressant, merci .

  3. Hm dit :

    Le noir que t as utilisé c est peut être du bitume ça sèche pas

  4. Michelfrance dit :

    Bonjour, Je ne partage pas votre avis concernant le « médium ». Celui-ci n’est nullement nécessaire en peinture. La bonne consistance de la peinture à la sortie du tube peut-être adaptée simplement avec un solvant aromatique. Il s’agit d’un problème de chimie. D’abord la peinture à l’huile ne sèche pas, elle durcit. Le séchage est un processus d’évaporation d’un solvant alors que le durcissement de la peinture à l’huile résulte d’un processus d’adsorption de l’oxygène de l’air par l’huile siccative (lin, œillette ou carthame en général). Les huile alimentaires ou industrielle ne durcissent pas. Le processus de durcissement de la peinture est en outre plus ou moins accéléré par le(s) pigment(s) qui joue(nt) le rôle de catalyseur(s). Une peinture terre d’ombre ou blanc d’argent (carbonate de plomb(*)) va sécher beaucoup plus vite qu’une couleur à base de sels de cadmium ou de blanc de titane. Si l’on pratique une peinture avec de forts empâtements, dans ce cas seulement, un « médium » adapté ou du siccatif de Courtrai (*) peut s’avérer impératif pour réduire le temps de durcissement dans l’épaisseur.
    Il est plus important de respecter la règle du gras sur maigre.
    (*) Le carbonate de plomb basique est un produit dangereux dont l’usage est soumis à réglementation dans la plupart des pays. Il a été remplacé par des sels de zirconium pour son usage siccatif

Laisser un commentaire