Spécial dossier : les glacis

Nouveau grand dossier à suivre  : « les glacis »

On lit souvent bien des horreurs et inepties sur la manière d’appliquer cette technique. Voici venu le temps d’un vrai cours sur le sujet.

Tout d’abord qu’est ce qu’un glacis ? C’est un « jus » obtenu avec du medium et peu de couleur. La spécificité d’un glacis est d’être transparent. Il a pour fonction d’apporter une nouvelle valeur colorée sans couvrir la surface de fond. Il permet alors de corriger, modifier, une couleur de base, mais aussi de changer son apparence en apportant cette transparence.

Un glacis s’applique donc sur une surface déjà peinte. C’est la dernière étape pour achever une œuvre. Il faudra alors veiller à bien respecter la règle du gras sur maigre si l’on peint à l’huile évidement. A l’acrylique nous n’avons pas cet impératif, et nous pouvons réaliser des glacis à n’importe quel moment de l’exécution de l’œuvre. Pour l’huile, nous prendrons le même médium que pour la conduite du travail, mais avec moins d’essence, voire même pur (donc plus gras). C’est pour cette raison qu’il est nécessaire d’anticiper toutes ces étapes pour bien doser son médium (médium +essence). Ensuite et toujours si l’on peint à l’huile, il faut attendre le séchage complet du travail, sous peine de catastrophe ! On peut alors appliquer nos glacis.

Passons maintenant aux domaines d’application, et ils sont multiples.

1- La correction de valeur

Vous avez peint des oranges, mais la couleur vous semble terne et manque de fraicheur et vivacité. Un peu de médium teinté de rouge de cadmium passé sur ces fruits et ils retrouvent une joli couleur forte et lumineuse. Ce glacis n’occultera pas le travail du modelé. Il changera juste la couleur d’ensemble. Idem sur un nu si la couleur de peau est trop fade, avec un glacis teinté de carmin, ou d’orange. Des feuilles trop ternes, et hop, un petit glacis de vert de vessie et la plante reprend vie. Un glacis bleu sur un fond rouge et vous aurez un violet magnifique. On peut opérer ainsi sur chaque élément distinctement pour corriger et ajuster la couleur.

2- L’harmonisation

Il peut se produire une fois l’œuvre terminée, qu’il manque une cohésion entre les couleurs de l’ensemble. Les éléments se distinguent trop violemment les uns des autres. On peut alors corriger cela pour que l’ensemble retrouve une harmonie et un lien. Un glacis passé sur toute la composition pallie à ce défaut. Imaginons un paysage avec des valeurs de vert dans les feuillages et arbres trop distinctes. On passe un glacis d’ocre jaune, de vert olive ou vert de vessie, et l’ensemble retrouve une unité. Un glacis léger de terre d’ombre brûlée sur une nature traitée en clair obscur est d’un très bel effet. Je conviens que cette subtile utilisation du glacis n’est que rarement nécessaire.

3- La patine

Là c’est vraiment tout simple et à expérimenter au plus vite. On passe un jus teinté de terre d’ombre naturelle et l’œuvre semble sortir tout droit d’un grenier, ou d’une collection de chef d’œuvre du XVIIIème.

4- Les effets spéciaux

Mais non c’est pas grâce aux glacis que l’on va créer un effet 3D comme au cinéma. Plus simplement on peut créer une impression de brume, de fumée, de neige avec un jus légèrement coloré de blanc et de terre de sienne naturelle. On peut d’une autre manière peindre la transparence du verre (voir la démo de Roland sur « comment peindre le verre »), et des reflets sur une surface que l’on veut brillante.

5- Les frottis

Ils s’apparentent aux glacis mais s’appliquent différemment. Ici ce n’est pas un jus que l’on passe, mais on dépose délicatement en frottant du bout d’une brosse, un peu de couleur. Superbe effet pour salir ou patiner un objet, apporter un grain, une texture particulière, et toujours sans recouvrir ni occulter le dessous.

Pour toutes ces applications pas besoin de couleurs spécifiques ou transparentes. C’est le glacis en lui-même qui apporte cette transparence. En conclusion le choix du médium a son importance. Mon grand préféré est le medium flamant de Lefranc et Bourgeois. Il y a également en complément du médium à peindre Talens, le glazing médium de Talens, qui est efficace.

Les glacis existent sous forme de flacons, découvrez-les chez Label Art :

facebooktwitterpinterest

Tags: , , , , ,

10 commentaires pour “Spécial dossier : les glacis”

  1. chauwin dit :

    J’applique souvent ce procédé pour des natures mortes mais je voudrais préciser que certaines couleurs ne peuvent pas être utilisées pour un glacis

  2. Suzanne dit :

    Procédé que je fais assez souvent , j’aime beaucoup l’effet d’unité , d’harmonie
    Merci du partage

  3. BOUGOUIN dit :

    J’utilise très souvent le glazing médium de Talens,qui est très efficace , ainsi que le medium flamant de Lefranc et Bourgeois,merci beaucoup pour cette page.

  4. elisa dit :

    Merci ! Faites-nous part de vos remarques et vos demandes, nous y répondrons toujours avec plaisir !
    Elisa

  5. Virginie dit :

    Bjr, je voudrai rendre plus lumineux un rouge orangé quelle couleur me conseillez vous pour le gla is?

  6. barret dit :

    Bonjour,

    J’ai lu votre article sur les glacis mais je n’arrive pas à choisir la couleur. Par exemple, sur un drapé bleu , quel couleur pour le glacis.

    Merci beaucoup

  7. stephany girard dit :

    Bonjour je suis une debutante en peinture et j’aimerais un conseil sur comment faire un effet de transparence comme par exemple : Une coupe de champagne . Et aussi , un truc pour le voilage merci !

  8. Camille dit :

    Bonjour Stéphany, merci pour votre commentaire :)
    J’ai justement consacré l’un de mes articles à la réalisation d’effet de brume et de transparence. Le voici : http://blog.arvibel.fr/2012/12/comment-realiser-un-effet-de-brume/
    Vous y trouverez tous mes conseils. J’espère que vos débuts en peinture se passent pour le mieux.
    Je vous souhaite une agréable journée,
    Camille

  9. Camille dit :

    Bonjour,
    Je vous remercie pour votre commentaire. Pour réaliser un glacis il vous faudra utiliser un médium. Les couleurs utilisées seront celles de votre peinture, et non d’une couleur supplémentaire. La technique et les mélanges dépendront toutefois de la technique à laquelle vous souhaiter réaliser le glacis : acrylique ou huile. La réalisation des glacis pourra d’ailleurs faire l’objet d’un prochain article.
    Je vous souhaite une agréable journée,
    Camille

  10. Lesurtel dit :

    Bonsoir,

    Je vous remercie pour ces explications sur le glacis, très intéressant.

Laisser un commentaire