Notre démo du mois : réaliser une encre façon estampe japonaise

Le moment est venu de vous présenter la nouvelle démo du mois, et devinez quoi : pour cette fois, ce n’est pas Roland qui nous présente une astuce mais moi !!!

Si si ! J’ai avec minutie suivi ses conseils, et sous sa direction j’ai réalisé ce petit croquis à l’encre façon estampe japonaise en quelques minutes, sur du papier kraft. Etape par étape, voici comment faire :

Avec un jus d’encre noire très dilué, donc très clair, j’esquisse un jeu de branches qui seront en arrière-plan.

Ensuite avec un jus d’encre rouge très dilué aussi, je place ici et là quelques touches suggérant des fleurs.

Avec cette fois un jus plus fort en teint, je place mes branches du premier plan, en veillant bien à laisser quelques parties non peintes pour placer mes fleurs. Je repique avec un jus noir plus dense dans mes branches.

Il me reste à peindre mes fleurs avec un rouge plus fort, en petite touche, que je repique pour donner plus de matière et de corps à mes fleurs.

Et pour finir, je repique avec un noir intense par endroit, pour donner plus de précision, je rajoute quelques branches, et j’improvise mon prénom en lettre stylisés japonaises.

J’aime bien cette petite esquisse. Pour un premier résultat sans préparation je suis plutôt satisfaite. Avec de l’entrainement je vais encore m’améliorer dans ce style.

C’est amusant, rapide et joli ! Essayez !

facebooktwitterpinterest

Tags: , ,

6 commentaires pour “Notre démo du mois : réaliser une encre façon estampe japonaise”

  1. Feray dit :

    Mais c’est horrible !
    je vous conseille au moins de lire tous les livres de François Cheng, pour cerner cet art fabuleux de la peinture chinoise et même mieux observez les œuvres des peintres lettrés chinoises et vous verrez toute la finesse de leur philosophie et de leur art.

  2. elisa dit :

    AH AH ! Merci beaucoup, j’apprends et je tente … C’est aussi ça la peinture ! Votre cri du coeur me fait penser à mon fils qui a détesté la fabuleuse expo sur l’Art Aborigène actuellement visible quai Branly. J’adore !
    Bonne journée

  3. Olivier dit :

    « Cet après-midi, regardé des estampes japonaises avec Glassner. Frappée d’une évidence soudaine : c’est ainsi que je veux écrire. Avec autant d’espace autour de peu de mots. Je hais l’excès de mots. Je voudrais n’écrire que des mots insérés organiquement dans un grand silence, et non des mots qui ne sont là que pour dominer et déchirer ce silence. En réalité les mots doivent accentuer le silence. Comme cette estampe avec une branche fleurie dans un angle inférieur. Quelques coups de pinceau délicats – mais quel rendu dans le plus infime détail ! – et tout autour un grand espace, non pas un vide, disons plutôt : un espace inspiré. Je hais l’accumulation des mots. Il faut si peu de mots pour dire les quelques grandes choses qui comptent dans la vie. Si j’écris un jour (et qu’écrirai-je au juste ?) je voudrais tracer ainsi quelques mots au pinceau sur un grand fond de silence. Et il sera plus difficile de représenter ce silence, d’animer ce blanc, que de trouver les mots. »

    [Une vie bouleversée, journal d’Etty Hillesum (1941-1943), traduit du néerlandais par Philippe Noble : éditions du Seuil/Points.]

  4. anthony dit :

    et puis, l’estampe japonaise, ça n’a rien à voir avec la peinture !
    voyez mon site !

  5. philippe dit :

    Je trouve cela génial pour une première approche merci.

  6. Christine dit :

    Mais que les gens sont méchants…Proposer , ensuite les gens disposent, tout est possible après, non?

Laisser un commentaire