Picasso, le peintre qui fait couler tant d’encres

Picasso. Et voila je vous l’avais dit ! Je vous parlerai de ce peintre, car s’il y en a un qui déclenche toujours des polémiques c’est bien lui ! On aime, on n’aime pas, on comprend ou pas, on crie à la fumisterie, on applaudit le génie, etc. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne laisse pas indifférent. Essayons tout d’abord de comprendre son œuvre, et plus précisément ses peintures cubistes. Picasso a connu plusieurs étapes de création. Il y a eu avant ses œuvres abstraites, des peintures figuratives, académiques, très expressives de ses états d’âmes, marquées par des dominantes de couleurs (période bleue puis rose). Puis sous l’influence graphique de l’art africain, et porté par l’élan de créativité né de ses rencontres avec d’autres peintres, il crée les demoiselles d’Avignon. La clé de son succès est le souci de créativité.

Picasso innove dans ce sens. La forme, à l’image des masques africains se déchire et se casse pour se reconstruire différemment. Le cubisme est né. Puis, effet boule de neige, c’est la voie vers l’abstraction, autrement dit, l’abandon pur et simple de toutes formes, rigoureuses et réaliste.

La peinture de Picasso marque donc se tournant dans l’histoire de l’art, la route vers l’art abstrait. Il fallait y penser. De nos jours nous sommes habitués à voir l’art, la peinture sous de multiples aspects, des plus « tordus », « farfelus » au plus simple. L’originalité n’a plus le même sens, la créativité non plus. Elles s’expriment timidement sans renouveaux transcendantaux.

Imaginez seulement quelle put être la stupéfaction, l’étonnement, de découvrir la peinture cubiste de Picasso en 1909. Cette démonstration d’inventivité tient du génie.

Pour comparer avec humour, c’est comme si Pink Floyd avait sorti son premier album en 1900.

Une telle créativité engendre le succès, la popularité, et ce qui est intimement lié à l’art, la spéculation. Il aura su garder toute sa vie sa popularité par un renouveau constant et  gonfler sa côte d’année en année.

On peut ne pas apprécier, mais en aucun cas ne pas saluer son œuvre et créativité.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

 

 

 

facebooktwitterpinterest

Tags: , , , , , ,

4 commentaires pour “Picasso, le peintre qui fait couler tant d’encres”

  1. Aurélie Emmanuelle dit :

    Picasso est un génie de la com’. On peut vite oublier son travail comme cela est arrivé avec Salvador Dali. J’ai pris du temps à m’y laisser embarquer. Aujourd’hui, je multiplie les excuses pour réaliser mes erreurs sur son compte. Il a décalqué notre vue, la déplaçant et contorsionnant. C’est une peinture qui fait réagir et que j’oublie vite pour ne pas me laisser envahir. Peut-être un manque de maturité de ma part, je lui ai toujours préféré ses sculptures. Le guidon devenu cornes de taureau pour un des plus connus. Travaillant dans l’aménagement paysager, les conceptions des jardins rivalisent d’idées dans le temps à récupérer les bons plans de dame nature. Finalement, ses visions sur ce plan me sont familières. Je peux lui être reconnaissante à bien des niveaux.

  2. Jean Claude BOUDET dit :

    Bonjour,
    M’étant mis à la peinture sur le tard et ayant interrompu cet art pendant dix ans suite à une intervention chirurgicale m’ayant privé de l’usage de mon bras droit, j’ai décidé de m’y remettre.
    Mon sujet favori était les sous-bois, si bien que mon entourage m’appelait:
    Ces derniers temps je me suis aventuré à peindre le paysage, mes peintres préférés étant Claude MONET, Alfred SISLEY, Camille PISSARRO.
    Votre blog se voulant didactique, j’ose vous demander comment réussir l’eau. profondeur transparence?
    Merci.
    Cordialement.
    J.C.B.

  3. elisa dit :

    Merci Aurélie de votre réponse. Il est certain que d’un point de vue philosophique, l’Art n’a pas pour fonction d’être beau. Il est à mon humble avis déclencheur de sentiments aussi confus que variés. L’Art c’est aussi un choc, un étonnement, et une prise de conscience. Le monde qui nous entoure est complexe, certains artistes tentent parfois avec violence, d’autre avec humour de nous toucher en agitant sous nos yeux des facettes inconnues de notre monde cognitif.
    Picasso est l’un de ces artistes qui nous montre le monde tel qu’il existe en portant un regard totalement différent au nôtre. Nous pouvons hurler ! Alors il a gagné ce pari : nous faire réagir, sortir de nos gonds.
    Il m’est arrivé de visiter le musée d’Art Moderne de Genève. J’étais enthousiaste en pénétrant dans le hall et au fur et à mesure de mes découvertes totalement étonnée voire amusée, ou choquée. J’ai visité l’ensemble assez rapidement et un sentiment de déception a pris le pas sur les autres. En sortant j’ai tenu à échanger avec les personnes du musée. Leur expliquant que j’étais totalement déconcertée … Un échange a jailli de mes mots. Oui, l’Art n’est pas là pour satisfaire à nos critères de beauté, à nos attentes. Je dirais même que c’est l’inverse. A la limite, je pense que nous devons ressentir une profonde déception qui nous amènera à nous interroger sur le sens qu’on veut donner aux créations.
    Bonne journée à vous

  4. elisa dit :

    Bonjour et merci
    peindre l’eau est un défi. Savoir travailler la transparence et les glacis serait un sujet très intéressant. je vous remercie de votre demande. Nous préparerons un pas à pas sur ce sujet. Bonne journée
    Elisa

Laisser un commentaire