Bien utiliser le noir dans la peinture

Je vous ai déjà écris un petit article sur la couleur noire : ses différentes nuances et les précautions à prendre avec cette couleur en mélange avec d’autres. Je crois que mon article n’a pas été lu avec assiduité, ou pas lu du tout, aux vues de multiples tableaux de peintre amateur. Il se trouve que souvent, ceux-ci utilisent le noir pour travailler les ombres. Ce n’est pas interdit, mais vraiment pas recommandé et maladroit. Effectivement, lorsque l’on travaille le modelé, c’est-à-dire les ombres et lumières, que ce soit pour un arbre, une pomme, un visage, des nuages, il faut premièrement trouver une valeur claire à notre couleur de base. Là ce n’est pas difficile, on ajoute du blanc, avec parfois une touche de jaune et, ou, une pointe de rouge, et on obtient une valeur claire exprimant la lumière. Mais pour la valeur foncée, ça se complique. La facilité est de prendre du noir et l’ajouter à notre couleur de base. Ça marche, mais qu’avec certaines couleurs, et déjà foncées. Pour les verts foncés et les bleus foncés, pas de problème, le résultat sera efficace, ainsi que pour les rouges genres cadmium moyen, vif et carmin. Par exemple, on peut peindre les ombres propres d’un sapin en suivant cette voie. Idem si l’on peint un vase bleu, un jean, une pastèque, un poivron vert et rouge, etc.
Mais attention, pour toutes autres couleurs, telles que les jaunes, les rouges type vermillon et orangé, et généralement toutes les couleurs claires, ça se gâte ! Le souci est que cette valeur foncée ne sera pas belle du tout, et surtout plus trop en raccord avec notre couleur de base. Le noir va la dénaturer et l’emmener vers des gris plus ou moins foncées, ternes et voir même sales.
L’idéal est de rester toujours dans la gradation de la couleur de base. Cela veut dire rester dans la même gamme de couleur, et de toujours utiliser de la couleur pour exprimer les ombres. Le mieux pour comprendre est de citer quelques exemples.

-Un citron. S’il est bien jaune, on prendra de l’ocre jaune puis du brun pour exprimer un dégradé qui ira de jaune, à  jaune moyen, puis jaune foncé jusqu’à brun. S’il est légèrement vert, on mélangera cette couleur à du vert anglais n°1 et de la terre verte, en augmentant progressivement la proportion de ces deux dernier pour obtenir au final une valeur foncée très colorée.
-Des pétales roses. Même schéma donc que pour le citron pour emmener ce rose vers une valeur foncée, en utilisant ici du rouge foncé, du carmin, en éliminant progressivement le blanc contenu dans la couleur de base et inversement en augmentant la quantité de rouge foncé.
-Des feuillages clairs. On élimine progressivement le blanc et le jaune contenu dans la couleur de base, et puis on fonce notre nuance avec des verts plus foncé genre vert anglais n°1, terre verte, vert olive, et seulement après avec du noir si l’on veut des ombres très fortes.
Dans la peinture académique, cette règle est respectée bien que le brun prédomine pour exprimer les valeurs foncées des ombres. Les impressionnistes, eux,  ont exacerbé cette notion de mettre de la couleur jusque dans les ombres. Observer leurs tableaux et vous verrez que le noir est souvent absent.
Le noir est dangereux et à manier avec beaucoup de précaution et de savoir faire. Mais en suivant les petites règles énoncées dans cet article vos tableaux seront bien plus jolis.

Quels noirs choisir ?

Chez Royal Talens, le noir bougie Rembrandt

Chez Lefranc & Bourgeois, le noir de Mars

Chez Liquitex, le noir de Mars

 

facebooktwitterpinterest

8 commentaires pour “Bien utiliser le noir dans la peinture”

  1. lou dit :

    Merci  » Elisa  » pour tout ces bons conseils !!

  2. elisa dit :

    Merci à vous pour ces encouragements
    Elisa

  3. julien goul dit :

    perso j’ai une technique tout a fait différente: à l’huile comme à l’acrylique, certainement pas académique, mais le résultat plais, je peins tout pleine lumière, et le noir arrive à la fin et les nuances par dilutions du noir. c’est sans doute très personnel, mais ça correspond à ma « touche » 😉
    à plus!!
    et Merci pour tes conseils !!

  4. elisa dit :

    Merci pour votre commentaire, qui nous permet d’avancer encore et toujours sur les techniques de peintures.
    Elisa

  5. lebot dit :

    Désolé mais la couleur noire devrait être proscrite des boites à peinture car le noire ce n ‘est pas une couleur et je trouve dommage que des personnes qui enseignent et donnent des cours l ‘utilisent . regardez mes toiles qui sont très foncées sur mon site :( cherchez lebot jacques dans la rubrique artiste du site : galerie-com.com ) et pourtant j ‘utilise jamais la couleur noire

  6. elisa dit :

    Oui je suis d’accord le noir n’est pas une couleur. Merci de conseil. Belle journée à vous
    Elisa

  7. Or et Lie dit :

    Merci pour votre article ! Sur un ton enlevé, ça nous change du bouquin de Michel Pastoureau sur la symbolique pataude du noir pas si éclairante.
    Autant pour l’aquarelle, le noir me sert à voiler des couleurs, apportant de la profondeur en toute fin de peinture, autant en acrylique et huile, je le marie et le mélange sans restriction au bleu de Prusse, à l’alzarine cramoisie, voir au brun de Van Dyck pour atténuer des contrastes. Les acryliques sont des teintes plus sombres dans lesquelles je peux rire de ma noirceur. Le noir de Mars a un aspect charbon que je trouve chaud et maniable. Je le privilégie face au gris de payne que j’emploie pour éclaircir des touches lumineuses demandant à être le point de focalisation.

  8. Dalmont Marité dit :

    De très bons conseils à prendre! J’utilise certainement trop de noir. Je vais essayer de changer mes habitudes, Merci.

Laisser un commentaire