Parce que tous les Grey sont dans la nature

Gris souris, gris de Payne, vert gris, gris bleu … Il existe de nombreux tons de gris chez les fabricants de peintures beaux-arts.
Le noir est aussi décliné en plusieurs nuances, c’est l’absence de lumière qui détermine ce ton.
Il est indispensable de connaître les qualités de chaque valeur afin de les utiliser au mieux dans votre palette. Label Art ouvre quelques pistes afin de vous accompagner dans votre choix de nuances.

Il existe des noirs aux variations infinies

Le noir est associé au pigment communément nommé PBk.
Je me suis souvent étonnée de trouver des noirs d’ivoire sur les nuanciers. Aussitôt évoqué, ce ton me faisait penser à une couleur claire évidemment.
Connaissez-vous son origine ? Généralement il est obtenu en faisant bouillir des eaux dégraissées.  D’une intensité exceptionnelle, le noir d’ivoire a supplanté de loin des autres noirs proposés par nos fabricants.

Il existe aussi des noirs fabriqués à partir de charbon végétal, c’est le cas pour les noirs de vigne par exemple.

On trouve aussi souvent du noir de Mars. Là encore je laisse mon esprit divaguer et me trouve soudain propulsée loin de la planète terre.
Le noir de Mars, c’est tout simplement de l’oxyde de fer, un noir d’une finesse et d’une densité absolue.

Certains noirs peuvent être trompeurs, ainsi le noir manganèse qui en fait … reste un brun très foncé !

Et le gris en peinture ?

Ah le gris ! Toutes les nuances permettent de travailler les valeurs du clair à l’obscur, en passant par le chaud ou le froid bleuté.
Le gris de Payne est le plus fréquent. Il a été mis au point par M. Payne au XVIIIème siècle. C’est à l’origine un mélange de cramoizie alizarine, de Sienne naturelle et de bleu Indigo.

Le gris est obtenu en mélangeant à quantité égale les trois couleurs primaires que sont le jaune, le cyan et le magenta.

L’utilisation du gris en peinture à l’huile ou à l’acrylique

Choisir vos gris pour vos palettes relève de l’harmonie des couleurs que vous souhaitez faire ressortir ou nuancer. La couleur grise mélangée ou utilisée directement sur la toile créera des effets différents et c’est à vous l’Artiste de travailler votre expression. Concernant la peinture acrylique, quelques pointes de noir utilisées sciemment apportent contrastes et forces au tableau.
En revanche la peinture à l’huile supporte moins les mélanges de noir avec d’autres nuances.

Et en aquarelle ?

Il est courant de voir beaucoup d’aquarellistes hésiter sur l’utilisation de couleurs sombres par peur de « salir » les couleurs. Ils les remplaceront alors plus facilement par un Brun Van Dyck. Le gris de Payne est présent sur leurs palettes.

Pour aller plus loin

Michel Pastoureau, spécialiste et écrivain qui nous parle des couleurs

Le petit Livre des Couleurs, Michel Pastoureau

Comment évoquer le noir sans vous recommander d’admirer les toiles de Pierre Soulages au Musée Fabre (Montpellier)

Voir les oeuvres du peintre

 

 

 

 

 

facebooktwitterpinterest

Laisser un commentaire