Immersion dans l’Atelier de Pascal Cessou

IMG_5719

Je baguenaude au hasard des ruelles d’une ville de Provence, un plan à la main, car aujourd’hui je me rends dans un atelier à la rencontre d’un Artiste. Les maisons en pierre se succèdent, les chats allongés profitent des premiers rayons de soleil. La place principale offre déjà à ceux qui s’y retrouvent la fraicheur simple et vivace d’un lieu authentique. Et soudain, voici l’Atelier de Pascal Cessou. Je pousse la porte et découvre que l’Atelier n’a aucune frontière avec la ville qui l’abrite, la Cadière d’Azur. Car j’entre bien ici en Provence. L’Artiste est concentré sur sa dernière commande, il peint puis s’arrête et me sourit.

Les premiers mots qui résonnent sont ceux d’un visiteur le félicitant de livrer au public de telles œuvres si vraies et naturelles. Car c’est une réalité, l’Atelier de Pascal Cessou offre des créations uniques. Elles éveillent la partie sincère et authentique de notre être profond et dégagent une grande sérénité.

IMG_5720

« Quel heureux hasard vous a fait choisir La Cadière pour établir votre atelier ? »

C’est effectivement un pur et heureux hasard. C’est en venant dîner un soir dans un restaurant de la ville, Le Regain. J’ai dîné sous les platanes, un soir d’été. Je suis tombé immédiatement amoureux de cet endroit. Tout comme un coup de foudre, La Cadière a été pour moi comme une évidence.

 

« Quel est votre parcours ? »

J’ai suivi des études de graphistes. J’ai travaillé en agence de publicité. Vingt ans dans la communication. J’ai poussé un jour totalement par hasard la porte d’un magasin de décoration. Ce magasin s’appelait « Le Jardin en Plus ». J’ai trouvé dans ce lieu une atmosphère qui me correspondait, bucolique, légère, élégante. Ce concept proposé était totalement différent dans l’approche et les choix que ceux que j’avais pu voir auparavant. Totalement touché, j’ai échangé avec celui qui allait pour moi devenir mon premier client, le Directeur du magasin, Monsieur Jean Loup Dareaux.

Cet homme, un grand décorateur, a perçu une grande sensibilité en moi. Et de notre conversation totalement spontanée est né un virage total de ma carrière initiale. A 40 ans, Monsieur Dareaux m’a invité à relever un défi en me proposant de travailler en parallèle sur un projet qu’il développait, une collection des Arts de la Table. « Présentez-moi vos idées » m’a-t-il dit ! Alors les soirs qui ont suivi, j’ai commencé à préparer et avancer ce projet. Mes dessins lui ont plu. Il m’a demandé l’autorisation de les éditer. Et l’aventure dans la décoration a débuté. Nous étions en 1995 et j’ai démissionné très vite de mon poste de communication pour devenir Artiste.

IMG_5722

La peinture décorative fait depuis ce moment partie intégrante de mon travail. Monsieur Dareaux m’a intégré immédiatement aux divers chantiers dont il avait la charge. Nous avons travaillé en confiance et en osmose immédiatement. Comprendre un décorateur n’est pas toujours aisé. Il faut percevoir ce qu’il souhaite et entrer dans son univers. Et cet univers correspondait en tout point à ma sensibilité profonde. Cette collaboration a duré sept ans. Parallèlement j’ai commencé à travailler avec des éditeurs, comme les Editions du Marronnier. Cette maison faisait partie de l’univers de ce décorateur. Trouvant certaines images superbes et découvrant chez qui elles étaient éditées, j’ai décidé de les contacter. L’éditeur possédait cette vision et cette sensibilité auxquels j’étais aussi attaché. Nous avons donc débuté une collaboration. C’était passionnant aussi car j’avais carte blanche, j’ai donc créé avec eux deux collections par an. Les idées fusaient, et j’ai donc figuré dans leurs catalogues pendant près de vingt ans, ce qui est assez exceptionnel dans ce monde particulier qu’est l’édition d’Art.

 

« Comment définiriez-vous le métier d’Artiste ? »

 

Je ne me considère pas comme cet Artiste qui reste dans son atelier, avec un travail cérébral très intense, cherchant à mettre ses tripes sur la toile.

Travailler avec cette vision décorative de la peinture m’a fait comprendre que j’avais cette capacité forte d’explorer.  Jean Loup Dareaux m’a décomplexé par rapport à la peinture décorative. Loin d’être un Art mineur, la peinture décorative possède des valeurs qui ont transcendé les siècles. Leonard de Vinci, à sa façon, a aussi exécuté des peintures décoratives.

 

Je suis un Artiste avec une vision de la peinture extrêmement large. Tout comme cette commode aux multiples tiroirs. Je refuse d’être rangé dans une catégorie. Dans chaque tiroir se trouve une possibilité de travailler dans une vision créative.

 

Aujourd’hui vous travaillez sur commande. Avez-vous aussi des œuvres personnelles que le public peut admirer ?

 

Je vais exposer exceptionnellement en juin au château Romassan Domaine d’Ott. J’ai la chance de vendre ma peinture directement de mon atelier. Mes expositions à l’extérieur sont donc rares. J’aime le contact avec les personnes qui découvrent ma peinture en poussant la porte de mon atelier.

 

Où peut-on voir votre peinture en dehors de l’Atelier ?

Sur ma page Facebook et mon site internet.

 

Quels sont vos projets ?

 

J’aimerais beaucoup travailler la sculpture. Au travers du modelage ou du travail du métal. Je fais toujours des dessins et j’ai des idées. Je n’ai pas pris le temps de les réaliser mais j’envisage de le faire. C’est un regard et un prolongement de mon Art. J’ai pratiqué le modelage il y a longtemps en modelant le corps, un élément que je ne travaille pas habituellement. J’ai travaillé une série en utilisant le four de la grande maison Ravel, cette fabrique de poterie à Aubagne qui réalise des pots magnifiques dont je me suis souvent inspirés dans ma peinture. Olivier Gagnère a notamment travaillé avec eux sur des jarres, avec un résultat extraordinaire.  J’aimerais explorer ce monde à terme.

Celui du fer m’intéresse aussi. Franck Allier, ferronnier,  possède une vision très artistique de son travail. Les portes s’ouvrent et là encore, je découvre une nouvelle technique qu’il est prêt à m’enseigner.

IMG_5721

Je vous sens très heureux dans votre métier d’Artiste.

J’ai toujours peint. Mes parents n’ont pas hésité à me suggérer un métier lié au dessin. J’ai suivi des études de graphiste pour lier ma passion à un métier. L’idée de travailler dans la publicité au début de ma carrière me permettait de travailler ma créativité. Et puis ce virage vers mon atelier et mon métier d’Artiste à 40 ans.

J’ai la chance d’avoir évolué d’une manière qui me donne la possibilité de vivre de ma peinture.

La vie est pleine de surprises, il faut toujours garder espoir et suivre son étoile.

 

Pascal Cessou

31 Avenue Marx Dormoy, 83740 La Cadière-d’Azur

tél : 04 94 98 23 56

Les liens :

Site internet Atelier Pascal Cessou

Restaurant Le Regain

Poterie Ravel

Ville de La Cadière d’Azur

Château Romassan Domaine d’Ott

facebooktwitterpinterest

Laisser un commentaire