Archive pour la catégorie ‘Loisirs créatifs’

Les Tutos Label Art #2 • Création de nuanciers d’aquarelle !

lundi 13 mai 2019

 

ArticleNuanciersAquarelle
 

Dans cet article nous vous présentons deux manières d’utiliser votre aquarelle et de créer des nuanciers. Il est parfois bien difficile de discerner à même les tubes / demi-godets les couleurs que nous souhaitons utiliser. Ainsi, un nuancier se révèle bien pratique pour ne pas avoir à tester toutes les couleurs de vos palettes à chaque utilisation !

Dans ce nouveau tutoriel, je vous propose deux nuanciers. L’un composé des couleurs pures, comme elles le sont dans la boite et un nuancier avec les couleurs mixées entre elles. Ainsi, vous aurez à portée de vue, à chaque instant, les couleurs qui pourraient vous intéresser pour votre oeuvre en cours ! :)

 


1er nuancier : le nuancier des couleurs pures


NuancierPurAquarelle

Méthode pas à pas • Nuancier des couleurs pures 

• • •

Quel plaisir de pouvoir jouer avec la matière ! Et quoi de mieux que l’aquarelle pour oser, plus ou moins, jouer avec la pigmentation de la couleur sur la feuille !

Ainsi, pour chaque couleur, j’étire la matière, partant d’un côté très pigmenté jusqu’au plus clair pour avoir toute la nuance de la couleur et toute la réalité du pigment utilisé.

• • •

Dans ce nuancier-ci, découper une carte de la taille de votre boite dans du papier aquarelle de votre choix, notez le nom des couleurs sur le côté du carton à l’emplacement de vos couleurs, puis renouvelez pour chaque couleur.

Enfin, une fois l’aquarelle sèche, glissez le tel que dans votre boitier ou plastifiez la feuille que vous pourrez glisser dans votre boitier et l’emmenez partout avec vous !

 

 


2ème nuancier : le nuancier des couleurs mixées


NuancierMelangesAquarelle

Méthode pas à pas • Nuancier des couleurs mixées entre elles

• • •

Une fois à l’aise avec les couleurs en l’état de votre set, vous pouvez expérimentez de nouvelles couleurs, et donc quoi de mieux que de mixer les couleurs de votre palette ! Ainsi, vous obtiendrez des nuances et des sous-tons de toutes vos couleurs.

• • •

Prenez un papier aquarelle quel qu’il soit, dessinez de petits rectangle au crayon ou délimitez vos zones à encrer. Faites le sur une longueur puis une largeur dans le même ordre. Enfin, mixer les couleurs qui se rejoignent en intersection et vous obtiendrez une toute nouvelle couleur. Cela est long est fastidieux, plusieurs heures pour ma part.

Mais quel bonheur une fois cela achevé ! Très pratique par la suite de ressortir le nuancier afin de ne pas avoir à tester toutes les couleurs !

 

 


Nos conseils sur le choix de votre matériel


Si vous débutez, privilégiez les sets permettant l’utilisation de plusieurs couleurs vous revenant par conséquence en général moins cher que l’achat à l’unité de vos couleurs + le boîtier nécessaire.

Vous aurez toute le loisir par la suite de compléter votre palette de couleurs en achat à l’unité pour compléter vos boites d’aquarelle (demi-godets/tubes).

La petite aquarelle est parfaite pour cela (en tubes/en demi-godets). Comme vous avez pu le voir dans cette deuxième édition des « Tutos de Label Art », vous avez la possibilité de les utiliser pures ou bien de les mixer ensemble. Cela vous donne donc une variété impressionnante de couleurs possibles à coucher sur votre papier aquarelle !

Pour ce qui est des pinceaux, la gamme 8404 me semble être celle qui offre le plus de possibilités de part son large choix de pinceaux de différentes tailles.

Concernant le papier, en tant que débutant je vous conseillerai de ne pas investir immédiatement dans du papier de grande qualité. Ainsi, nous vous conseillons de prendre les papiers de chez Clairefontaine dans la gamme Etival ou tout simplement fontaine. Quand vous serez bien habile, les papiers Arches, de qualité supérieure, se prêteront parfaitement à votre art ! :)

 

 

Les produits proposés pour cette technique

  • L’aquarelle Sennelier : ici
  • Pinceaux pour l’aquarelle : ici
  • Auxiliaires pour l’aquarelle / utilisation des blancs : ici
  • Papiers

 

> Tous les produits aquarelle : ici

 

 

Les autres articles en relation avec ce sujet : 

  • L’histoire de Gustave Sennelier, l’inventeur de l’aquarelle au miel : ici et ici
  • Bien choisir son papier aquarelle : ici
  • Comment choisir sa peinture aquarelle en fonction de son besoin : ici

 

L’histoire de l’entreprise Pébéo

jeudi 2 mai 2019

L'histoire de • PEBEO•

La naissance de Pébéo

Pébéo fête ses 100 ans ! C’est en 1919 que cette entreprise a vu le jour dans la banlieue Est de Marseille.

 

💡 Le saviez-vous ? 💡
Pébéo tire son nom de la molécule chimique utilisée lors de la production des peintures de l’entreprise, le « PbO » appelé protoxyde de plomb. C’est lui qui est à l’origine des pigments de couleur !

 

L’entreprise est dirigée par Claudius Chabeau à partir de 1922 et jusqu’à récemment, deux ans tout juste après son entrée dans l’entreprise. C’est à la suite d’une formation de tissage et une poursuite en chimie que le jeune homme originaire de Lyon et issu d’une famille d’industriels de la soie reprend l’entreprise.

 

Évolutions des différentes gammes chez Pébéo

• Composition des produits

Dès 1935, Pébéo surfe sur la vague du pigment organique. Par ailleurs, ce pigment prend alors son envol et devient un produit phare. Ils remplacent alors peu à peu les pigments minéraux utilisés jusqu’alors.

• Les différentes gammes de produits

En 1940 apparaissent les pastilles de couleurs. Pébéo travaillait auparavant essentiellement dans la peinture destinée aux bâtiments. Ils décidèrent d’élargir leur champ de vision et de créer de la peinture pour enfant et quoi de mieux que des petits formats sous forme de pastilles, pratique !

Quelque mois plus tard, c’est le tube de gouache qui fait son apparition et remporte une large succès auprès du public.

L’activité industrielle revient dynamique dès 48, faisant oublier la morosité économique des années de guerre. Une nouvelle offre colorée est lancée avec la création du secteur scolaire.

À partir de 1952, Pébéo investit et se lance dans la production de couleurs fines à l’huile. Pour cela, malaxeurs, broyeuses tri-cylindriques en granit et autres outils sont mis en place.

En 1953, Pébéo se lance dans la production de vernis et créé par la même occasion une gamme spécifique au cœur de son offre.

La gamme est également élargie avec l’apparition dans leur offre d’une gouache extra-fine à l’huile. Celle-ci est composée d’un mix de pigments minéraux et organiques.

En 1959, la gamme scolaire prend de l’ampleur et Pébéo devient « LA peinture du petit écolier ».

Parallèlement à la gamme scolaire, la gamme couleurs fines monte en puissance.

En 1960, Pébéo développe la première gamme pour tissu existante et devient virtuose en la matière. Cette gamme atteindra alors même les îles Pacifiques où les vahinés se parent de paréos colorés avec les couleurs de Pébéo.

1961, Pébéo produit ses premiers tubes de gouache dans l’optique de remporter la guerre des prix et de combattre la concurrence très rude à cette époque.

Dès 1965, Pébéo se lance dans la production de feutres rechargeables. C’est un succès immédiat auprès des enfants mais également chez les artistes. Cela peut s’expliquer par la praticité et la facilité que nous avons à utiliser ces petits formats aux pointes de toutes tailles, des fois bien plus maniables et facile d’utilisation que des pinceaux !

1969, apparition du drawing gum. Une invention qui changera la vie de nombre d’artiste et ouvre à tous la possibilité de pratiquer de nouvelles techniques artistiques. Avec cela, Pébéo développe alors en parallèle sa gamme retouche photos noir et blanc / couleurs.

 

Changement de cap chez Pébéo

« La Pébéo » perd des voyelles pour ne devenir que « Pébéo » et s’impose dans les domaines Beaux-arts et Arts graphiques.

Dès 1977, c’est les débuts de la première acrylique « Made In France », c’est un succès !

 

💡 Le saviez-vous ? 💡
L’acrylique est le fruit d’une collaboration entre chimistes et peintres de fresques. Celle-ci a été inventée au Mexique dans les années 50.

 

1981, de nombreux pays du pourtour méditerranéen connaissent bien le fabricant qui désormais tend à s’exporter à l’international et à développer son marché outre-atlantique.

En 1989, l’entreprise est déplacée à Gémenos

1998, c’est la démocratisation de la peinture sur porcelaine, le produit est un succès immédiat. La gamme Vitréa 160 voit alors le jour.

Touch, la peinture en relief voit quant à elle le jour en 2005 et remporte un franc succès avec plusieurs millions de flacons vendus dans la monde. Pour parfaire son export, le tube sera alors étiqueté en 17 langues différentes.

C’est alors en 2008 que Pébéo fait son entrée officielle dans le domaine de la déco et lance en 2009 des nouveautés en gamme d’huile traditionnelle et moderne.

Mais c’est officiellement avec la gamme multisupport « Fantasy » que le fabricant repousse une nouvelle fois les limites de la créativité en 2011. Cette nouvelle gamme permet de découvrir de nouveaux effets très surprenants.

2013, mixedmedia répond à une nouvelle tendance qui se traduit par une offre où les produits autrefois cloisonnés peuvent interagir entre eux. Il y a alors la possibilité de mixer tous les médiums entre eux, offrant ainsi à l’amateur ou à l’artiste confirmé une multitude de techniques à mettre en application.

 

Résine cristal , peintures pour vitraux, couleurs à effet, feuilles d’or, les finis sont parfaits et les résultats très souvent surprenants.

 

2014, la gamme Sétacolor pour tissu s’enrichit tout comme la gamme mixedmédia.

Vous nous le demandez souvent, Pébéo l’a fait. Votre question ? Est-ce qu’il existe, sur le même principe que les feutres acryliques à base d’eau, un stylo peinture à base d’huile ?

Et bien, en 2016, 4artist marker voit le jour. Un marqueur à base d’huile avec 18 couleurs brillantes les plus diverses. Cette gamme est fortement pigmentée et résistante aux UV. À cela s’ajoute un choix de mèches de toutes tailles.

Ce produit offre une autre vision de la technique à l’huile tout en gardant les propriétés d’un marqueur peinture. Il révolutionne l’approche d’un marqueur classique à base d’eau à celle de la technique de peinture à l’huile traditionnelle. Un sublime mélange.

 

Ce qu’il faut retenir ?

Pébéo a su depuis tout ce temps développer des produits en accord avec les différentes tendances et techniques ayant vu le jour. Pébéo propose à son public un large choix en terme de palette de couleurs. Que ce soit en acrylique décorative en spray, des decoMarker acrylique, d’huile, de gouache… Pour petits et grands.. vous trouverez assurément votre bonheur ! Tout cela dans l’optique de créer en toute simplicité dans un concept déco.

 

Liens conseillés :

 

Autres articles :

  • Article sur le 4artist Marker : ici
  • L’utilisation des pinceaux multitechniques et abordables : ici

 

Les Tutos Label Art #1 • Édition Pâques 2019

dimanche 21 avril 2019

hautpagepaques

 

Les marques présentes dans cet article

 

  • AMSTERDAM – Acrylique (tubes peinture/bombes spray)
  • POSCA – Acrylique (eau pigmentée) sous formes de feutres
  • CLEOPATRE – Colle et vernis (pot et bombe)
  • PEBEO – Pinceaux (lot de pinceaux)

 

pboxx-pixelboxx-2551050 marqueurs-posca-feutre-posca-marqueur-peinture-posca-Label-Art Vernis-Glassificateur-Cleopatre PEB950250
Acrylique AMSTERDAM Posca Cleopatre Pebeo
Découvrir les différents produits de la marque
Découvrir les différents produits de la marque
Découvrir les différents produits de la marque
Découvrir les différents produits de la marque

 

Produits utilisés dans cet article

 

  • POSCA  Pointe moyenne : PC3M / Pointe fine : PC1M / Pointe extra-fine : PC1MR
    • Dans les couleurs : blanc / doré / noir / argent

+  Utilisation et fabrication de pochoirs & utilisation de feuilles DECOPATCH
 
 
 

Les étapes en photo pas à pas

 

_________________ • ETAPE 1 • _________________

MISE EN PEINTURE

Tout d’abord, je vous conseille de bien nettoyer vos œufs avant de commencer à les peindre.

Dans ce tutoriel nous utiliserons 3 œufs, 3 couleurs différentes de chez Amsterdam acrylique. Ainsi, mettez en peinture vos œufs de manière uniforme ou en dégradé à l’aide d’un pinceau plat ou d’une bombe de peinture. Nous vous conseillons de protéger la surface sur laquelle vous procédez à la mise en peinture (journal, carton). Laissez ensuite sécher une dizaine de minutes.

58379491_1255478344608054_6090594862195802112_n

(💡 : l’avantage de l’acrylique est son séchage rapide et son rendu mat)

 

 _________________ • ETAPE 2 • _________________

DÉCORATION 1

Une fois vos oeufs bien secs, vous pouvez passer à la décoration. Pour cette première technique je vous propose l’utilisation des feutres Posca. Ainsi, commencez par les détails les plus grossiers avec la mine la plus large (1,5mm/PC3M) puis finissez par les détails les plus fins avec les feutres PC1M et PC1MR (1mm/0.7mm). Vous pouvez tout à fait dessiner des petites formes, tout comme écrire de petits mots sur vos œufs.

Laissez sécher

58383510_765551657160239_8978871995508719616_n 58379957_366398333972748_8148647305294118912_n

 

_________________ • ETAPE 3 • _________________

DÉCORATION 2

Pour la deuxième technique, je vous propose de fabriquer vos propres pochoirs à l’aide d’une feuille cartonnée et d’un cuter. Taillez dans vos feuilles cartonnées les formes voulues puis, à l’aide d’un scotch repositionnable (masking-tape), placer votre mini pochoir sur l’œuf.

À l’aide d’un pinceau et de la peinture acrylique, peignez les zones visibles. Vous pouvez également terminer par les feutres Posca pour finaliser les petits détails que vous souhaiteriez mettre en évidence.

💡 Astuce 💡 :
Vous avez également la possibilité d’utiliser des matières comme de la dentelle ou du tissu pour différents rendus

 57555470_312555072770929_7772008338774032384_n 57538078_279007836310172_8285247889739874304_n 57160974_423007191601249_4462433710163099648_n

 

_________________ • ETAPE 4 • _________________

DÉCORATION 3

Pour la troisième technique, vous pouvez avoir recours à du journal ou aux feuilles Décopatch. Ainsi, à l’aide d’un pinceau et de la colle Cléopâtre, appliquez de la colle sur la face inférieure du support à coller puis appliquez sur l’œuf en maintenant d’une pression suffisante. Une fois les feuilles bien collées et sèches, vous avez tout le loisir de compléter votre œuf par l’utilisation des feutres Posca par dessus.

57798629_1085901628260805_5533647215764963328_n 57798650_327747487925126_7813153863476707328_n 57608901_2212864762139601_1161431870634721280_n

 

_________________ • ETAPE 5 • _________________

SÉCHAGE & APPLICATION DU VERNIS

Une fois vos petites décorations finalisées, laissez sécher jusqu’à ce que la surface de vos œufs ne soit plus brillante. Dès lors, vous pouvez vous munir d’un vernis colle en pot ou d’une bombe de vernis pour parfaire l’apparence de votre œuf customisé. Pour la technique au pinceau, appliquer uniformément sur l’œuf pour avoir un rendu optimal.

Laissez ensuite sécher puis disposez à l’endroit souhaité ! :)

57355522_624694897956558_2485506971583643648_n 58380794_457859158088700_4594270179445178368_n 57321540_377145506222563_4960588421157355520_n

 

Articles associés :

 

L’histoire de Posca

vendredi 28 septembre 2018

Dans mon précédent article consacré au feutre Posca, il était question de ce feutre de peinture remarquable et de ses nombreuses caractéristiques. Aujourd’hui, j’ai surtout envie de retracer avec l’histoire de la marque Posca et de sa belle ascension, jusqu’à son actuelle notoriété mondiale.

uni pencil logo posca

 

Tout a commencé à Tokyo, en 1887. L’entreprise Mitsubishi Pencil, spécialisée dans la fabrication d’articles d’écriture s’est rapidement démarquée grâce à ses innovations. Les encres, la densité et la richesse des couleurs qu’elle propose, alliées à des mécanisme et pointes de qualité, ont immédiatement participé à la notoriété de la marque. À ce jour, l’entreprise Mitsubishi Pencil est présente dans le monde entier.

Depuis ses débuts, Mitshubishi Pencil tient à offrir le meilleur aux utilisateurs de ses crayons et stylos. En recherche permanente, la marque veille à proposer des outils performants, novateurs, gages de plaisir et de liberté.

marque posca, histoire posca, feutre marqueur posca

En 1984, Mitshubishi Pencil lance la célèbre marque Posca. Aujourd’hui, le feutre Posca jouit d’une forte notoriété. En effet, la marque est maintenant un réel leader dans l’univers des Arts et du loisirs créatifs. D’ailleurs, la marque Posca est présente dans plus de 100 pays !

La facilité d’emploi du feutre marqueur Posca, son absence d’odeur, sa capacité à adhérer sur tous supports et son pouvoir couvrant font de ce feutre est incontournable !

feutre posca, marqueur posca, feutre de peinture - Label Art

Véritable outil de création, accessoire de personnalisation, machine à colorer… le marqueur Posca se décline à l’unité dans plusieurs tailles, mais également en assortiment sous forme de malette Posca.

Les différentes mines  de feutres Posca

Les différentes mines de feutres Posca

 

Pour aller plus loin…

Le site de marque Posca

Le site Uni – Mitsubishi Pencil

Découvrir la gamme de marqueurs Posca

Des idées de créations au Posca : les ateliers créatifs Posca, la personnalisation de bocaux au marqueur Posca, le carnet de voyage

Le feutre Posca, un feutre peinture remarquable

vendredi 20 juillet 2018

On ne présente plus le feutre Posca, cet incroyable feutre multi-supports aux extraordinaires propriétés. Cependant, êtes-vous certains(es) de tout connaitre de ce feutre peinture… ? Caractéristiques connues, reconnues, propriétés uniques et capacités exclusives… Je vous dis TOUT.

feutre posca, marqueur posca, feutre de peinture - Label Art

Les fameuses caractéristiques du feutre Posca…

Pour débuter cet article, je vous propose de nous pencher sur les caractéristiques d’utilisation du marqueur Posca.

La bille du marqueur Posca

Petit élément souvent oublié, la bille contenue dans le Posca est pourtant indispensable ! C’est elle, discrètement, qui permet d’optimiser le rendu de vos oeuvres. En effet, cette bille se trouve à l’intérieur du manche et mélange les différents éléments qui composent la peinture. C’est pour cela qu’il est important de secouer régulièrement votre marqueur, pour avoir une peinture homogène.

L’amorce du feutre Posca

Étape bien évidemment indispensable aux créations réalisées au Posca : l’amorce. Lors de sa toute 1ère utilisation, il est primordial d’amorcer le marqueur en appuyant sur la mine. En appuyant plusieurs fois sur la pointe la peinture vient peu à peu l’imbiber. Votre marqueur est prêt !

La pointe

Les marqueurs Posca sont équipés de différentes pointes, de l’extra-fine (0,7 mm) à l’extra-large (1,5 cm). Certaines de ces pointes sont réversibles et remplaçables : vous pouvez ainsi profiter d’une pointe en bon état pour longtemps !

La saviez-vous ? Toutes les pointes des feutres Posca sont lavables !

Il existe sept marqueurs Posca différents, donc sept tailles de pointes : le marqueur pinceau, l’extra-fin 0,7 mm, l’extra-fin 1 mm, le feutre fin, le marqueur Posca pointe moyenne, le marqueur posca pointe large et le feutre Posca extra-large.

Impression

… aboutissent à un feutre peinture utilisable en toutes circonstances

Les crayons Posca multi-supports

Le feutre Posca adhère sur absolument TOUTES les surfaces.

» Le marqueur Posca sur textiles :  il adhère très bien, sur tous les types de tissus. Une fois qu’il est passé au fer à repasser, le tissu personnalisé résiste au passage en machine.

» Le bois pourra également être customisé grâce au Posca. Bambou, liège, bois brut ou traité… il n’y aura aucune limite à votre créativité ! Pour optimiser la conservation il est conseillé de vernir la création.

» Le verre est une surface intéressante à travailler au feutre peinture. Qu’il s’agisse d’un verre transparent, opaque, ou d’un miroir, le Posca vous permettra d’écrire, mettre en couleur et réaliser des aplats. Ces réalisations s’effaceront au chiffon humide. Elles pourront donc être éphémères … ou permanentes ! Pour cela, passez votre verre au four pendant 45 minutes à 160°C.

Le saviez-vous ? Je vous liste ici les supports les plus courants mais Posca pourra être appliqué sur absolument tous les types de supports : cire de bougie, coquille d’oeufs, cuire etc.

» Le marqueur Posca adhérera également sur tous les types de plastique. Dans l’idéal, vous convient de vernir le support après l’application de la peinture.

» Le rendu des marqueurs Posca sur le papier et le carton sera optimal. Papier calque, crépon, papier au couché satiné ou brillant, papier de soie etc… la peinture ne traversera pas le support !

» Avez-vous déjà essayé d’utiliser un Posca sur des matières minérales ? Et oui, le Posca y adhère aussi ! Vous pouvez ainsi personnaliser cailloux, pâte à sel, galets et autre pierre ! Un passage au four permettra au marqueur de résister à l’eau et à la chaleur. De la même manière le feutre peinture adhérera sur la céramique et la porcelaine.

» Envie de personnaliser un support en métal ? Posca le permet ! D’ailleurs, comme ce marqueur résiste à l’eau, à la lumière et dans le temps il sera idéal pour la réalisation d’oeuvres en extérieur ! Dans ce cas, il est toutefois conseillé de mettre 2 couches de vernis.

Le saviez-vous ? Vous pouvez retrouver les tests de plus de 50 supports différents sur le site internet de Posca ! Accessible sur la page supports et astuces.

Les différentes mines  de feutres Posca

Les différentes mines de feutres Posca

Une gamme complète de marqueurs Posca

Les sept marqueurs de la gamme Posca offrent une infinité de possibilités.

Le feutre Posca pointe pinceau bénéficie d’une pointe souple. Son utilisation, quelle soit méticuleuse ou libre, sera toute en finesse et contrôlée grâce à son bouton poussoir.

Il existe deux feutres Posca avec une pointe extra-fine. Parfaits pour écrire, réaliser des détails ou faire des petites retouches, leur tracé bénéficie d’une finesse garantie !

Le marqueur Posca pointe fine est le premier de sa catégorie à se voir doté d’une pointe en polyester, type feutre. Ce feutre Posca pourra ainsi être utilisé pour la réalisation d’aplats de couleur mais aussi pour le tracé de lignes plus épaisses.

Avec sa pointe moyenne, le feutre Posca de 2,5 mm est le marqueur de la gamme décliné dans le plus grand nombre de couleur : 35 nuances très exactement ! La liberté d’utilisation est totale, ce feutre Posca accompagnera vos créations à l’infini.

Le feutre à la pointe large de chez Posca permet de tracer des traits de 4,5 mm à 5,5 mm de largeur. Sa pointe conique permet de varier la largeur des traits.

Vous souhaitez couvrir des grandes surfaces tout en restant libre de réaliser de plus petites créations ? Le feutre à pointe large est celui qu’il vous fait ! Sa pointe conique facilite son utilisation pour réaliser des aplats.

Enfin, voici le marqueur le plus grand de la gamme : le feutre Posca à pointe extra-large de 1,5 cm ! La pointe ingénieuse rectangulaire permet de réaliser un tracé très précis.

marqueurs posca, feutre posca, marqueur peinture posca - Label Art

Alors, quelle création allez-vous faire avec ces feutres Posca ? Les aimez-vous ?

À très bientôt,
Camille

 

Pour aller plus loin :

Posca.com

Les supports en test

– Les Posca sur label-art.fr

Inauguration du LAB de Label Art : cours de peinture à Toulon

mercredi 16 novembre 2016

Depuis quelques semaines déjà, vous êtes nombreux à avoir remarqué que quelque chose se prépare en magasin… Pourquoi ces bâches de protection ? Pourquoi ces ouvriers et leurs outils ? Puis vous l’avez vu, ce panneau « Label Art s’agrandit ». Alors là, vos questions ont continué, et nos réponses se sont faites plus précises… Aujourd’hui je vous dis tout ! Attention, cela risque fortement de vous plaire…
Label Art var

Un magasin beaux-arts dans le Var de près de 600 m²

Avant tout, je peux vous annoncer que Label Art double sa surface de vente ! Ce ne sont plus 300 mais près 600m² de fourniture beaux-arts, de support, d’encadrement et de loisirs créatifs qui vous ouvrent leurs portes. Pour cela, nous avons élargi de nombreuses gammes et en avons rentré de nouvelles.

Les amoureux du dessin et du graphisme seront heureux d’apprendre que nous avons répertorié l’ensemble des marqueurs Winsor & Newton : les Pigment Markers, les marqueurs aquarelle, les Brushmarkers et même les sticks d’aquarelle ! Mais ce n’est pas tout : nous proposons maintenant une large gamme de produits de chez Liquitex : les Encres acrylique Liquitex Ink, les brosses Freestyle et même les marqueurs Liquitex Paint Markers !

Pour les Artistes amoureux des beaux-arts, nos gammes d’acrylique et d’huile se sont considérablement élargies, à l’image de l’arrivée de l’huile Winton de Winsor & Newton, de l’huile extra-fine Sennelier mais aussi de l’acrylique extra-fine de Sennelier.

Tous ces produits beaux-arts vous attendent déjà dans la première partie du magasin, de 300m², que vous connaissez depuis maintenant deux ans.

 

Je vous imagine en train de vous demander… « mais qu’y aura-t-il dans la seconde partie? » et bien… vous y retrouverez tous nos encadrements, avec les dernières collections, mais aussi tous nos supports ! Toiles coton, châssis entoilé en lin, les châssis nus et rouleaux de toile… !

Et ce n’est pas tout…

 

Le LAB de Label Art

Imaginez. Un endroit unique. Un lieu d’échange et de convivialité. Un espace complet dédié à l’Art. Bienvenue dans le LAB de Label Art.

Logo LAB Label Art Six Fours

 

Dans le LAB, vous trouverez des salles de cours, avec des ateliers animés notamment par l’Artiste peintre Sandrot (couvrez son magnifique univers en cliquant ici), mais aussi par le célèbre Renaud JOBIN, la grande Christine COLLIN et, enfin, l’exceptionnelle Geneviève CANTO que nous vous présentions déjà en 2014 (l’article est à redécouvrir ici).

Le ateliers seront également ouverts à tous les Artistes qui souhaitent bénéficier d’un lieu de travail le temps d’une journée, de quelques jours, d’une semaine, d’un mois ou plus…

Les salles de cours de peinture seront dévoilées lors de notre inauguration !

 

Alors, surtout, retenez bien la date : le jeudi 24 novembre. Il s’agit du jour où nous organisons l’inauguration du LAB et de la nouvelle partie du magasin. La journée la plus artistique de l’année !

 

Le LAB de Label Art

 

Retrouvez les détails de cet événement sur notre page Facebook ou n’hésitez pas à nous appeler au 04 94 06 81 80 !

 

Nous vous donnons rendez-vous le 24 novembre, à partir de 10 heures jusqu’à 21 heures pour la plus grande journée créative de l’année !

Camille de Label Art

Comment réussir à peindre une nature morte ?

lundi 20 avril 2015

Peindre une nature morte

Ce mois-ci Label Art vous amène dans l’atelier de Roland Charbonnier qui vous dévoile tous les secrets pour peindre une nature morte. Si la « peinture s’apprend sans les musées », alors c’est en misant sur l’observation des sujets déjà réalisés qu’il est aussi possible de tirer un enseignement et d’avancer, aussi bien en matière de dessin que d’utilisation des peintures beaux-arts ou de mise en place de perspectives, de jeux d’ombre et de lumière.

J’ai donc demandé à notre expert favori de commenter et nous expliquer tout sur une œuvre de sa composition que j’aime beaucoup.

Voila l’œuvre en question. Elle parait toute simple, mais, à la lueur de ses explications il n’en est rien. Voici donc les différentes étapes pour travailler tout en effet et harmonie.

L’utilisation d’une palette de couleurs définie

« Oui cette petite nature morte n’est pas une œuvre majeure mais elle suit beaucoup de règles et d’effets qu’il est intéressant de connaître et d’adopter pour un résultat efficace et harmonieux.
Premier constat, ma palette de couleur est très réduite sur ce tableau. Nous percevons du rouge et du vert. Aucune autre couleur ne vient perturber cette harmonie, le rouge étant complémentaire du vert. L’harmonie se joue donc qu’au travers des nuances entre ses deux couleurs et l’équilibre qu’elles composent dans cette complémentarité. Le gris présent lui aussi reste neutre.
Bien entendu, avec seulement deux couleurs, pour enrichir le tableau il faut apporter beaucoup de nuances, du clair au foncé, et du froid au chaud.

La composition et les différents plans d’équilibre

Le premier plan sera composé de valeurs chaudes et saturées (fortes) déjà, et l’arrière plan des valeurs plus froides et plus légères.
Pour ce qui est aussi de l’organisation des couleurs, mon premier plan, et sujet principal, est exprimé avec la couleur la plus chaude et vive, donc le rouge de la pomme. Il n’eut été pas judicieux de peindre une pomme avec un rouge aussi fort, et même atténué en arrière plan. »

 

La progression des nuances

« Comme on le voit sur ce détail, la touche aussi a son importance. Le premier plan est peint avec plus de précision, des contours plus nets, alors que l’arrière plan lui est flou. Cette progression vers le flou, plus les objets sont « loin » produit un effet de profondeur subtil et joli. Cet effet associé au travail des couleurs donne une composition non plane et tout en perspective. »

« Pour le rendu du relief des fruits, j’ai travaillé les dégradés et contrastes entre clairs (lumières) et foncés (ombres) en tenant compte de l’effet d’éloignement. La différence entre ombres et lumières en arrière plan est moindre qu’en premier plan. Ensuite je suis resté pour ces gradations dans des valeurs colorées en raccord.  Pour exemples : L’ombre propre de la pomme rouge est un rouge très foncé, pour la pomme verte c’est un vert très foncé aussi. »

Le travail des détails en peinture

 

 

« Voila un petit effet bien sympathique mais qui n’a pas seul but de faire joli. Toute la partie basse du tableau manquait de détail et plaçait la composition globale trop en hauteur. Le travail des gris pour exprimer le drapé ne suffisait pas pour l’équilibre. Ce petit filet de couleur ajuste la composition. Ce n’est pas son seul intérêt puisqu’il permet aussi une meilleure lecture du relief donné par les plis. »

« Autre petit effet qui amène du réalisme à l’ensemble, c’est le reflet des pommes dans la timbale et celui de la poire dans la louche. Cela apporte l’illusion de la brillance de ces matières. »

« Voila comment avec quelques règles et astuces, on optimise le rendu d’une nature morte. »

Comme quoi une bonne analyse technique d’un tableau, avec des commentaires riches, des explications claires et précises, est un vrai cours. Merci Roland

 

Pour aller plus loin

Cours et commentaires Palettes : 45 numéros commentés par Alain Jaubert, pour tout savoir sur les grandes toiles de maîtres

Conseils aux artistes peintres qui débutent

jeudi 16 avril 2015

Se libérer de l’appréhension pour aller toujours plus loin

Waaaaooooh !!! Me voila devant ma toile blanche. Par quoi démarrer ? Comment peindre ? Je fais quoi maintenant ? Quels produits je dois prendre ? Les premières fois sont toujours mémorables car source d’angoisse. Cette peur et un manque d’expérience nous amène parfois à l’abandon. Mais tout le monde a vécu sa première fois. Voila donc quelques conseils à tous ceux qui souhaiteraient peindre, pour que cette nouvelle expérience vous libère de vos appréhensions et, bien au contraire, vous gratifie de satisfaction pour poursuivre.

Je pourrai tout d’abord vous conseiller de faire vos premier pas dans un atelier en suivant la pédagogie d’un professeur. Ce serait un choix judicieux, mais encore faut-il trouver le bon. Comment le choisir ? Sur quels critères se fonder ? J’ai déjà débattu sur le sujet, donc chers amis prudence ! Mes conseils s’adressent alors plus précisément à vous qui réalisez un de vos rêves, à l’abri des regards dans votre petit cocon.

Peindre ce n’est pas facile. Ce sera un long parcours. Il faudra du temps et une multitude d’essais pour faire de jolies choses et acquérir une certaine aisance. Cela dit on peut se faire plaisir très vite.

Quand j’ai posé cette question à Roland, il m’a tout simplement répondu que, le concernant, il avait appris à peindre en copiant les œuvres des grands maîtres, puis en s’inspirant de ses artistes favoris, avant de composer ses propres œuvres. C’est une bonne voie pour débuter. La copie reste une bonne école. Encore faut il choisir une œuvre pas compliquée et abordable comme premier sujet. Un Van Gogh, ou un Matisse, par exemple sont des bons choix, car le graphisme est simple et le travail des couleurs aussi. Ou bien trouvez comme modèle une carte postale avec une illustration simple aussi. Et si cette idée ne vous séduit pas, choisissez de peindre d’après une photo elle aussi très simple dans sa composition.

En contre exemple, réaliser un portrait comme premier sujet est suicidaire !! Bien trop compliqué !! Une fleur en gros plan, un paysage assez dépouillé sans personnage, sans architecture, sans trop de détails, sont des idées qui peuvent faire de sympathiques petits tableaux. Donc vous l’aurez compris, il faut voir ses ambitions à la hauteur de ses compétences.

Bien choisir son matériel beaux-arts

En ce qui concerne la technique et le choix du matériel, huile ou eau, aquarelle ou pastel, etc. Là aussi il y a quelques données à prendre en compte. Je conseillerai en premier lieu de se munir de matériel de bonne qualité. Avoir de bons pinceaux et des couleurs de bonnes qualités facilite la manipulation et optimise le rendu. Se procurer des toiles ainsi que des papiers (pour l’aquarelle) d’excellente qualité n’est pas un aspect à négliger non plus. Donc pas de gouache comme on trouve dans les écoles primaires mais de la gouache beaux-arts telle que Linel de Lefranc & Bourgois par exemple qui a fait ses preuves auprès de Matisse notamment, pas de couleurs à l’huile ou à l’acrylique vendues dans des magasins discount, et pas de brosses achetées par lot de 10 à 1 € dans ses mêmes magasins.

Lire, écouter, regarder, s’inspirer …

Pour la mise en œuvre de ces couleurs, faites déjà un petit tour sur des vidéos postées sur les réseaux sociaux, pour comprendre leur utilisation et comment les appliquer. Je ne saurai que trop vous recommander de visionner celles de LabelArtVideo évidemment. Lire aussi une multitude de conseils pour retenir l’essentiel. Avoir en mémoire quelques théories est bénéfique avant la pratique. Exactement comme une recette de cuisine, on n’improvise pas une blanquette de veau si on n’a jamais cuisiné. On va regarder un chef sur une vidéo, lire différentes recettes dans des livres, et puis, informations en tête, on s’exécute. Préférez néanmoins le travail à la peinture acrylique dans le cadre de votre premier essai en « freelance ». Ce matériel accepte les erreurs car on peut corriger, repasser à volonté, grâce au séchage rapide qu’il offre. Ensuite faut se lancer sans avoir peur de l’échec.

Et vous, quelles sont vos recettes pour vous lancer ?

Pour aller plus loin

Cours de peinture LabelArtVideo

Le Livre à connaître (si ce n’est déjà fait) : LE Gombrich, l’ouvrage de référence

Bien utiliser le noir dans la peinture

mardi 4 novembre 2014

Je vous ai déjà écris un petit article sur la couleur noire : ses différentes nuances et les précautions à prendre avec cette couleur en mélange avec d’autres. Je crois que mon article n’a pas été lu avec assiduité, ou pas lu du tout, aux vues de multiples tableaux de peintre amateur. Il se trouve que souvent, ceux-ci utilisent le noir pour travailler les ombres. Ce n’est pas interdit, mais vraiment pas recommandé et maladroit. Effectivement, lorsque l’on travaille le modelé, c’est-à-dire les ombres et lumières, que ce soit pour un arbre, une pomme, un visage, des nuages, il faut premièrement trouver une valeur claire à notre couleur de base. Là ce n’est pas difficile, on ajoute du blanc, avec parfois une touche de jaune et, ou, une pointe de rouge, et on obtient une valeur claire exprimant la lumière. Mais pour la valeur foncée, ça se complique. La facilité est de prendre du noir et l’ajouter à notre couleur de base. Ça marche, mais qu’avec certaines couleurs, et déjà foncées. Pour les verts foncés et les bleus foncés, pas de problème, le résultat sera efficace, ainsi que pour les rouges genres cadmium moyen, vif et carmin. Par exemple, on peut peindre les ombres propres d’un sapin en suivant cette voie. Idem si l’on peint un vase bleu, un jean, une pastèque, un poivron vert et rouge, etc.
Mais attention, pour toutes autres couleurs, telles que les jaunes, les rouges type vermillon et orangé, et généralement toutes les couleurs claires, ça se gâte ! Le souci est que cette valeur foncée ne sera pas belle du tout, et surtout plus trop en raccord avec notre couleur de base. Le noir va la dénaturer et l’emmener vers des gris plus ou moins foncées, ternes et voir même sales.
L’idéal est de rester toujours dans la gradation de la couleur de base. Cela veut dire rester dans la même gamme de couleur, et de toujours utiliser de la couleur pour exprimer les ombres. Le mieux pour comprendre est de citer quelques exemples.

-Un citron. S’il est bien jaune, on prendra de l’ocre jaune puis du brun pour exprimer un dégradé qui ira de jaune, à  jaune moyen, puis jaune foncé jusqu’à brun. S’il est légèrement vert, on mélangera cette couleur à du vert anglais n°1 et de la terre verte, en augmentant progressivement la proportion de ces deux dernier pour obtenir au final une valeur foncée très colorée.
-Des pétales roses. Même schéma donc que pour le citron pour emmener ce rose vers une valeur foncée, en utilisant ici du rouge foncé, du carmin, en éliminant progressivement le blanc contenu dans la couleur de base et inversement en augmentant la quantité de rouge foncé.
-Des feuillages clairs. On élimine progressivement le blanc et le jaune contenu dans la couleur de base, et puis on fonce notre nuance avec des verts plus foncé genre vert anglais n°1, terre verte, vert olive, et seulement après avec du noir si l’on veut des ombres très fortes.
Dans la peinture académique, cette règle est respectée bien que le brun prédomine pour exprimer les valeurs foncées des ombres. Les impressionnistes, eux,  ont exacerbé cette notion de mettre de la couleur jusque dans les ombres. Observer leurs tableaux et vous verrez que le noir est souvent absent.
Le noir est dangereux et à manier avec beaucoup de précaution et de savoir faire. Mais en suivant les petites règles énoncées dans cet article vos tableaux seront bien plus jolis.

Quels noirs choisir ?

Chez Royal Talens, le noir bougie Rembrandt

Chez Lefranc & Bourgeois, le noir de Mars

Chez Liquitex, le noir de Mars

 

Apprenez à peindre le ciel et à choisir vos bleus

jeudi 28 août 2014

En un tour de main et en images voila un cours très instructif pour s’y retrouver dans les bleus afin de réaliser de beaux ciels. Je laisse la parole à notre expert :

« Une question récurrente de mes élèves : « Quel bleu je prends pour faire mon ciel ? »

Et bien c’est vrai choisir son bleu n’est pas si facile. Alors voilà en image quelques repères pour vous orienter. Première chose à prendre en compte, c’est que pour faire une couleur bleu ciel il faut du blanc, et en fait juste une pointe de bleu. En conséquence, même si les bleus purs présentent entre eux des nuances visibles très distinctes, ces différences deviennent bien moins flagrantes avec le blanc.»

« Voici, on va dire, les deux principaux. A gauche le Primaire. Il est parfait pour représenter des beaux ciels d’été.  Puis l’Outremer, qui tire sur le violet. Il est idéal pour les paysages de Bretagne et les soleils couchants par exemple. Le mélange des deux, sur la troisième photo est terrible. On aurait obtenu le même résultat que ce mélange en utilisant du Cobalt.»

« Voici trois autres bleus, que l’on retrouve fréquemment dans nos palettes : (de gauche à droite) Phtalocyanine, Prusse et Céruléum. Le Phtalo et le Céruléum sont très très proches du Primaire. Dans notre mélange avec le blanc, la différence est vraiment minime. Le Céruléum est légèrement plus gris. Quand au Prusse, lui est beaucoup plus gris. Il produit un bleu « sale », pour des ciels de mauvais temps par exemple. »

« Et pour terminer, il peut être intéressant de réaliser des ciels avec ces couleurs : Un Violet, pour des effets de crépuscule. Le Turquoise, qui produit une nuance proche du vert, très froide. Et si vous le trouvez trop froid il est aussi beau en l’associant au Primaire, ici sur la troisième photo. »

« Voici maintenant quelques conseils pour réaliser un beau ciel avec des petits nuages. »

« Après avoir choisi son bleu, ici du primaire, on mélange donc du blanc avec juste une pointe de bleu. Suivant la proportion de bleu, on obtient des nuances qui donnent naissance à des nuages très légers. On remarque qu’en partie haute, le bleu est toujours plus intense. Sur la deuxième photo, j’ai effectué le même travail, en ajoutant des rehauts de blanc pur pour donner plus de corps aux nuages. »

«  Pour obtenir des nuages plus denses, plus « consistants », la méthode diffère. Cette fois je pose ma couleur bleu ciel, tout en respectant l’effet de foncé en haut et clair vers l’horizon, et je réserve des zones sans peinture. Dans ces zones blanches, je pose une valeur crème (ou grise, très claire), faite de blanc et de terre de sienne naturelle, sans couvrir toute la surface, en débordant par endroit sur le bleu.  »

« Ensuite, dans ces zones, je pose un gris, soit bleuté, soit brun, pour ombrer mes nuages. Je fonds mes nuances, puis je pose des touches de blanc pur. Ainsi travaillés avec ces nuances, mes nuages prennent du volume. »
«  Pour qu’un ciel soit beau, il faudra alterner des espaces avec des nuages légers et des nuages plus denses. Donc en suivant les deux méthodes ici présentées. »

Superbe !! Merci Roland.