Articles taggés avec ‘critique’

Quand on expose, on s’expose. Il faut s’y préparer !

lundi 17 septembre 2012

Christelle, ma pauvre Christelle ! Il n’y pas une semaine sans qu’elle soit contrariée. C’est qu’elle est sensible, fragile et émotive. En somme, que des qualités pour faire une excellente peintre. Et c’est vrai qu’elle peint bien. C’est mon avis mais pas celui de tout le monde. Normal ! Il n’existe pas un seul peintre au monde à faire l’unanimité. Christelle a écouté une personne critiquer son travail avec une certaine virulence. C’est pas cool !

Quand on fait du sport, de la compétition, faut savoir accepter la défaite. Et bien quand on peint, faut savoir accepter la critique. Ou plutôt supporter et relativiser la critique. Dans la critique il y a de tout : Beaucoup de goûts personnels, de la gentillesse, de la politesse, de l’indifférence, de la sensibilité, de l’humeur, de la connaissance, et parfois de la mesquinerie, de la jalousie et de la méchanceté.

Et bien dans tout ça comment discerner une bonne et mauvaise critique. Tout simplement en écoutant sans prendre pour argent comptant les appréciations et trier seulement ce qui est pertinent et intéressant. Se dire que chacun a le droit d’émettre un avis et que chaque avis n’engage que soi. Ça c’est relativiser.

Il y a du bon comme du mauvais dans tout.

Ne vous laissez jamais démolir par la critique. Si vous avez à faire à un grognon, laissez le parler et répondez d’un joli sourire « merci, c’était très intéressant ». Attention à l’inverse ! Trop de compliments peuvent faire gonfler les chevilles.

Quand on expose, on s’expose. Il faut s’y préparer.

Tu sais moi … la peinture

mercredi 9 novembre 2011
Oh ... moi la peinture ....

Oh ... moi la peinture ....

Souvent mes amis et bien d’autres personnes avec qui je converse sur l’art, me disent « tu sais, moi, je n’y connais rien ». Pareil lorsque je leur demande un avis sur ma peinture ou une œuvre d’un autre artiste.

Depuis quand faut-il être musicien pour apprécier la musique ! Cuisinier pour apprécier de bonnes recettes ! Cinéaste pour apprécier le cinéma ! Couturier pour apprécier la mode !

Peintre pour apprécier la peinture !!

Ma petite nièce qui démarre une année de préparation aux écoles d’art part en Espagne avec sa classe. Je lui demande, puisque sa classe va à Madrid : « Vous allez voir le célèbre tableau de Picasso, Guernica ? ». Elle me répond : « Peut être, mais tu sais moi Picasso, je n’aime pas ; Enfin je dis ça mais je n’y connais rien en peinture » !!!

Comme si elle venait de faire affront à l’Art en émettant cet avis. Comme si face à la célébrité de cette artiste et aux éloges qu’on lui accorde, son appréciation ne valait rien.

Aimer un tableau est affaire de sensibilité. Pas besoin de connaître l’histoire de l’art, ou de maitriser les techniques pour émettre un avis qui sera que subjectif et personnel.

Depuis nombres d’années, les critiques d’art, les galeristes et bons nombres d’artistes se sont accordé ce privilège : celui d’avoir le seul droit et le bon gout pour juger de ce qui est beau ou laid en matière d’art.

Quelle prétention !!

Et le pire c’est que l’on consent par éducation à ce mode de pensée.

Moi je dis, nul besoin d’être cultivé, érudit, féru d’art ou d’être peintre, pour exprimer un avis, et heureusement.

Que chacun dise ce qu’il pense sans honte ni complexe, en toute humilité, avec son cœur et son âme.


Face aux difficultés, n’abandonnez JAMAIS !

mardi 9 août 2011

Difficile en peinture de ne pas se sentir déconcerté, voir abattu au fil de notre évolution. En effet il faut savoir que plus on peint, plus on progresse et plus on est critique ! Logique ! Notre œil devient plus acerbe, plus pointu et on mesure l’ampleur des techniques et connaissances à maitriser.

De plus nos ambitions ne sont plus les mêmes. On s’attaque à des sujets de plus en plus durs. Revers de la médaille, on est plus conscient de ses lacunes et manques techniques, et donc confrontés à celles-ci. Mais il ne faut pas se laisser abattre pour autant. Il faut prendre cela comme un signe de progrès au contraire…et d’humilité .

Se dire que la peinture nécessite un apprentissage à perpétuité. Nos illustres peintres furent emprunts aux doutes eux aussi.

L’auto critique est plutôt un moteur qu’un frein. Enfin c’est ainsi qu’il faut le comprendre. Alors, ne démoralisez pas face aux difficultés.