Articles taggés avec ‘pastelliste’

Pastel Card ou Pastelmat ? Elisa livre son avis

dimanche 17 avril 2011

Papier pastel

Pastelmat by Clairefontaine

Voilà un papier pour pastel que j’avoue avoir eu un peu de mal à dompter. Pourquoi ? Je dirais qu’il faut d’abord apprendre à le connaître avant de pouvoir tirer le meilleur parti de ses qualités, en sachant quels outils sont les plus adaptés à sa texture. Le mieux est toujours de faire un bout d’essai !

Le Pastelmat se caractérise en effet par un grain à mi-chemin entre le papier velours et le papier ponce, ce qui donne un support au revêtement moins marqué que le Pastel Card de Sennelier, mais qui accroche remarquablement bien la matière. Et c’est sans doute de là que vient la difficulté à le maîtriser les premières fois, le papier retient si bien les pigments que l’estompage devient quasiment impossible. Je le conseillerais davantage aux artistes affectionnant les sujets aux couleurs franches comme de beaux fruits bien appétissants plutôt que pour des nus aux fondus plus délicats. Vous obtiendrez ainsi des aplats de toute beauté avec les pastels à l’écu Sennelier si crémeux, mais pour des transitions de couleurs plus douces, j’ai associé aux pastels Rembrandt des crayons pastels Conté à Paris qui aiment beaucoup le grain de ce papier. Les esquisses aux crayons pour artistes PITT Monochrome donnent également un bel effet texturé. Les pastels gras quant à eux font l’effet d’étaler la couleur sur une toile.

Vous l’aurez compris, c’est avec vos propres recettes que vous vous ferez la meilleure idée de ce papier. Dernières petites choses appréciables, le fait de pouvoir dessiner sur petit format, et la poudre de pastel si bien retenue sur la feuille qu’elle ne salit pas l’espace de travail, et rend l’utilisation d’un fixatif presque facultative.

Voir les papiers Pastel

Voir Pastel Card by Sennelier

Voir Pastel Mat by Clairefontaine

Quand mon cours de pastel se finit … en cours de musculation improvisé !

jeudi 31 mars 2011

Au cour d’une séance de pastel, technique qui réclame calme et douceur, je me suis quelque peu énervée après mes outils. Ce n’était pas évidement le but recherché. Ma pause peinture s’est vu contrariée par des désagréments d’ordre matériel!

J’envoie donc un carton jaune au pastel sec Sennelier. Oui ils sont beaux, onctueux, très intenses, et la gamme complète offre un très large choix de couleur. Mais certaines couleurs manquent de dureté. Ainsi je me suis vue plusieurs fois avec des bâtons qui éclatent dans mes doigts. La pression, même minime (je ne fais pas de musculation je précise), exercée sur le papier pour peindre suffit à en faire éclater quelques uns.

Fort heureusement, ils ne sont pas tous ainsi. Cela dépend des couleurs et donc de la nature du pigment et peut être de la qualité du liant ? Mais un petit réglage ferait le plus grand bien.

Ce sont des pastels de grande qualité, qui appliqués sur des papiers tels que les Pastel Card, ou Pastel mat font des merveilles. Parce que pour obtenir un beau pastel, il ne faut pas hésiter à charger en matière avant de fondre et nuancer avec les doigts. Les papiers que je viens de citer s’adaptent idéalement à cette technique.

Voir les pastels à l’écu Sennelier : cliquez ici

Voir la gamme Pastel Card : cliquez ici

Voir la gamme Pastel Mat : cliquez ici