Articles taggés avec ‘paysage’

Comment réussir à peindre les arbres ?

jeudi 27 septembre 2012

La plus grande difficulté dans la peinture de paysage est de peindre les arbres. Trouver les bons verts notamment n’est pas évident. Il en existe de multiple tout près en tube qui font merveille : les verts anglais, la terre verte, le vert olive, le vert de vessie etc. Pour plus de nuances il est parfois utile de procéder à de judicieux mélanges en prenant du bleu. On sait, enfin je le rappelle, que l’on obtient du vert en mélangeant du bleu avec du jaune. Des bleus, il en existe plein. Et bien avec tous ces bleus on peut se concocter différents verts.

Avec du bleu outremer et du jaune, on a un vert assez foncé très terreux. Avec du bleu de Prusse et du jaune, on a un vert clair très lumineux, et des nuances turquoises. Le bleu primaire avec du jaune donne un vert moyen. Avec ces nouveaux verts en base on a une nouvelle palette très variée à exploiter pour interpréter la diversité des feuillages.

Pour avoir un vert très foncé, on peut même utiliser du noir. Juste du noir avec une goutte de jaune suffit. Ce mélange est très utile pour les ombres et zones obscures dans les arbres et forêts.

Pas d’importance pour le jaune à choisir. Que l’on prenne du jaune moyen, clair ou foncé, voir même de l’ocre jaune, la différence est minime. C’est le bleu qui est important et inscrit la spécificité du mélange.

Dans ce tableau pour exemple, les verts des feuillages en arrière plan sont réalisés avec du bleu de Prusse. Pour tout le reste, c’est du bleu outremer avec plus ou moins de jaune de cadmium, de l’ocre jaune, du blanc et du noir pour finir dans les ombres. Concluant n’est ce pas !

Choisisses vos tons parmi les gammes proposées chez Label Art :

Voici une short list idéale :

Rappel sur les règles de perspective

mercredi 23 novembre 2011

Vous connaissez tous la perspective et oh combien il est parfois difficile de la maitriser pour représenter ce bel effet de profondeur dans nos tableaux. Il existe une autre notion de perspective, appelée « atmosphérique », qui ne fait pas appel à la géométrie. Cette notion fut développée par notre maître à tous, Léonard de Vinci.

Pour la petite histoire, soucieux de produire une peinture qui interprète au mieux notre vision de la réalité, il a cherché et trouvé une astuce, pour simuler un effet d’éloignement. Jusqu’alors, la peinture était précision et netteté. Il a compris, à l’inverse de cette écriture, qu’en créant un effet de « flou », il produirait plus de réalisme et de sensation.

Ainsi pour le paysage, l’énoncé est simple :

  1. Plus l’objet est éloigné, plus il est flou.
  2. Plus il est éloigné, plus il est bleuté.

Imaginons un paysage avec de multiples plans. Au lointain, des montagnes, puis plus en avant, des petits monts verdoyants, puis des forêts, et enfin tout devant une petite maison (comme sur ce modèle). En appliquant le principe de perspective atmosphérique, nous allons peindre ce sujet ainsi.

Les montagnes au lointain seront toute bleutées avec des contours flous, fondus avec le ciel. Les montagnes les plus éloignées sont presque noyées dans le ciel.

Ensuite viennent les monts verdoyants. Ils seront eux aussi légèrement bleutés, et en flou, mais évidement moins que les montagnes. Le vert utilisé sera léger. Puis viennent les forêts, elles seront peintes dans des tons de verts plus intenses et sans effet flou et idem pour notre petite maison.

L’effet bleuté qui apparaît comme un voile occultant l’arrière plan, est la conséquence de la présence d’humidité dans l’air. Plus l’air est humide, moins il est transparent. C’est donc cet effet de « brume », appliquée à l’éloignement que l’on interprète en peinture.

Vous savez tout maintenant sur la perspective atmosphérique, ou aérienne (son autre nom). Comparez la peinture d’avant Léonard De Vinci, et d’après, et vous observerez nettement ce changement dans la manière de représenter le monde.

Léonard avait compris qu’en peinture, c’est l’illusion du réel qui rend la réalité.

Les règles de perspective

Les règles de perspective

<!– /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »; mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} –>

Et il ne s’est pas arrêté là. Je vous parlerai d’une autre astuce de son cru bientôt…à suivre donc.

Travailler la profondeur et le modelé

dimanche 6 novembre 2011

Une des règles principales en peinture, pour à la fois donner de la profondeur et travailler le modelé, est de jouer sur les valeurs. Lorsque je parle de valeur, c’est toutes les nuances perceptibles entre le clair et le foncé, quelque soit la couleur de base.

Une couleur peut donc s’exprimer en différentes valeurs. Par exemple, pour le bleu, nous avons toute une gamme allant du bleu très clair au bleu nuit. Ces nuances sont utiles pour représenter le modelé d’un objet, à savoir sa partie éclairée et sa zone d’ombre, en passant par sa couleur de base dite valeur moyenne.

Elles sont aussi utiles pour exprimer la perspective dans le cadre précisément d’un paysage. A savoir que les couleurs s’estompent vers l’horizon. Pour maitriser cette notion il est très intéressant de travailler en « grisaille ». Ainsi en utilisant qu’une seule couleur on apprend à jouer et se servir des valeurs.

Exactement comme on le fait en dessin avec juste une mine graphite. C’est premièrement un excellent exercice, et de plus cela produit de jolis tableaux. Pour ce faire on choisira de préférence comme couleur de base forte, de la terre d’ombre brulée ou naturelle, de la terre de sienne brulée, du gris de Payne, du brun, ou du noir (moins élégant tout de même). A cette couleur, on mélangera plus ou moins de blanc pour obtenir tout un jeu de nuances.

Utilisation des couleurs

Utilisation des couleurs

Sur cette photo d’un tableau d’étude, réalisé avec du blanc et de la terre de sienne brûlée, la profondeur est subtilement représentée, avec des valeurs claires au lointain, et plus foncées au premier plan. Le modelé est aussi savamment exprimé avec ce jeu de valeurs. De plus le résultat est très élégant !

Au XVIIIème siècle ce genre de peinture était même très prisé.

L’utilisation de plusieurs couleurs nous piège parfois, car au lieu de multiplier les valeurs et donner ainsi du réalisme au sujet, on nuance et contraste juste avec des différences de couleurs.

F.M.P ?

vendredi 30 septembre 2011

F.M.P.

Non ce ne sont pas les initiales d’un parti politique, mais celle des formats classiques et standards des châssis de tableaux. A savoir :

F pour figure.

M pour marine.

P pour paysage.

Ainsi au dos de chaque toile vous trouverez ces lettres précédées d’un nombre indiquant la dimension.

Il est donc d’usage par exemple, pour peindre un paysage de prendre une toile au format adapté, du 8P, du 12P, du 15P etc.

Cela dit mon intention est de vous amener à sortir de ces clichés et stéréotypes. En effet bien que dans la peinture « académique » ces formats sont des impératifs, il est très intéressant de voir autrement. Et ce pour donner une autre dimension, au sens propre et figuré à nos toiles.

Un paysage traité sur un format marine donnera une vision panoramique qui augmentera la sensation d’espace. En prenant ce même format marine, mais cette fois à la verticale, avec une grande proportion pour le ciel, les éléments terrestres paraitront minimes. Une nature morte aussi sera d’un très bel effet sur des formats marine ou paysage. Il n’y a donc aucune restriction pourvu que l’équilibre soit respecté.

Le format a une grande importance puisqu’il insuffle une sensation à l’œuvre. Ce n’est donc pas un critère à négliger.

Voir le tableau des formats français : cliquer ici

Nouveau : le rayon librairie s’agrandit !

lundi 24 novembre 2008

Label Art a décidé d’élargir sa gamme de livre afin de vous offrir toujours plus de choix…

Un univers home déco pour toutes celles et ceux qui souhaitent aménager facilement leur intérieur…

Fleurus Fantasy Art

Cette collection s’adresse à tous les passionnés de dessin d’Heroic Fantasy.
C’est une méthode d’apprentissage claire et efficace pour représenter facilement des créatures fantastiques avec des outils simples : la gouache, les feutres ou les crayons de couleurs.

 

Pour tous les amateurs de Fantasy, voici une méthode d’apprentissage pour représenter facilement toute une galerie de modéles féeriques avec des outils simples. Etape par étape, à la gouache, au feutre ou à l’aquarelle, apprenez à reproduire treize créatures plus gracieuses les unes que les autres : fée musicienne, elfe des bois, fée des océans, fées ailées en tout genre… Ces modéles ravissants sortent tout droit d’une légende.

Guidé par une artiste spécialiste de la féerie, imaginez votre propre univers merveilleux et ouvrez grand les portes de l’imaginaire !

En quelques coups de crayon, la magie opère…

 

 

Idées minutes

Grâce à cette collection, vos projets prennent forme en un clin d’œil.
Chaque ouvrage propose plus de 20 objets faciles à réaliser, magnifiquement photographiés, et clairement expliqués.
Vous souhaitez faire parler votre créativité ?
Pas une minute à perdre !

 

Selon votre envie du moment, personnalisez votre intérieur, inventez vos propres bijoux, décorez vos meubles et vos fenêtres, embellissez votre table, donnez une nouvelle vie à vos vêtements ou à un objet de tous les jours.

Cet ouvrage propose plus de 150 objets « tendance » faciles à réaliser, magnifiquement photographiés et clairement expliqués. Variez les techniques et les matières et créez un très peu de temps cadres, photophores et tableaux, mais aussi bracelets, accessoires de sac ou petits cadeaux…

Des idées pour faire plaisir et vous faire plaisir… pour un soir ou pour la vie !

 

Un noël blanc et nature

Les loisirs créatifs nouvelle génération par de jeunes créateurs. Ce livre présente des réalisations déco autour du thème de Noël, qui donne matière à créer…

 

Quelques paillettes, des matières naturelles et une poignée de magie permettent de donner à la maison un véritable air de fête.

Nappe brodée, boules en paillettes, bougies habillées de mousse ou de bois flotté…, des idées simples à réaliser qui se parsèment avec bonheur dans la maison !

Toutes les créations sont expliquées pas à pas et ilustrées par de magnifiques photos.

Vive la féerie de Noël !

 

 

La peinture animalière

A partir d’œuvres anciennes et contemporaines, des auteurs spécialisés et passionnés proposent une approche inédite et pratique des techniques artistiques. Un livre pour les peintres amateurs ou confirmés.

 

En ouvrant ce livre, vous pénétre dans un univers extraordinaire : celui de Christophe Drochon, un peintre d’exception qui, pour la première fois, a ouvert en grand les portes de son atelier.

L’artiste nous propose une plongée dans le monde animal qui ne témoigne pas d’une simple volonté naturaliste, mais d’une véritable réflexion sur la beauté et la précarité de notre environnement.

Des premiers croquis « sur le vif » au lent travail en atelier, il nous invite à participer, étape par étape, à la création d’un tableau au réalisme saisissant. Sa technique est époustouflante : qu’il travaille à la pierre noire, au pastel, à l’acrylique ou à la peinture à l’huile, il sait de manière unique capturer la magie du vol d’un oiseau ou l’intensité du regard d’un fauve. Les textes de Françoise Coffrant accompagnent magistralement ses oeuvres pour nous aider à mieux saisir leur portée, mais aussi à mieux comprendre la façon dont elles naissent.

Retrouvez tous nos livres en cliquant ici : une idée cadeau sympa !

N’oubliez pas de consulter nos bons plans pour un Noël 100% créatif !!!