Articles taggés avec ‘peinture huile’

L’histoire de Lefranc Bourgeois

mardi 7 novembre 2017

Nouveau logo Lefranc Bourgeois, huile lefranc bourgeois, peinture huile fine, peinture huile extra fine, peinture lefranc bourgeois

Aujourd’hui je vous propose de découvrir une belle histoire. Celle de la maison Lefranc Bourgeois. Depuis maintenant 300 ans cette maison évolue, innove et reste attachée aux traditions et valeurs qui ont fait d’elle une entreprise unique. De génération en génération, les fondamentaux se transmettent et permettent de porter toujours plus haut cette entreprise, sur les piliers essentiels que représentent l’écoute des Artistes, une passion pour la couleur et une volonté de repousser les limitées scientifiques et industrielles de la peinture.

Une histoire pour la passion des couleurs

La maison Lefranc Bourgeois a vu le jour en 1720, sous le nom unique de Lefranc. Celle qui allait devenir une des plus grandes maison du monde des beaux-arts est née grâce à l’ancêtre de la famille Lefranc, Charles Laclef. Ce dernier souhaite effectivement s’initier à la production de couleurs. Entre destin, talent et héritage, cet apprentissage est une véritable réussite pour lui, si bien qu’il ne tarde pas à devenir le fournisseur officiel du peintre Chardin.

1775. Le fils de Charles Laclef ouvre l'enseigne "À la clef d'argent"

1720. Boutique de Charles Laclef à Saint Germain.

Dès ses débuts, la maison Lefranc se définie par les valeurs de Charles Laclef, et se démarque dans le monde des beaux-arts grâce à sa proximité avec les peintres et la passion de son fondateur pour les couleurs ainsi qu’un savoir-faire français. D’ailleurs, aujourd’hui encore chaque couleur est fabriquée au Mans, en France.

Tout s’accélère en 1753 lorsque Charles Laclef est officiellement nommé fournisseur de peinture du château de Versailles. Et pour cause : en moins de 35 ans les peintures de la maison Lefranc ont réussi à se démarquer par leur pureté, leur stabilité et leur caractéristique non novice. Dès lors, la renommée de la maison Lefranc et des peintures Lefranc devient mondiale.

1753. Charles Laclef devient officiellement fournisseur des peintures du château de Versailles.

1753. Charles Laclef devient officiellement fournisseur des peintures du château de Versailles.

Lorsque Lefranc Bourgeois libère les peintres

En 1775, le petit-fils de Charles Laclef fonde l’enseigne « À la clef d’argent ». Cette boutique marque le début de l’histoire familiale mais aussi de l’industrie des beaux-arts.

Près d’une décennie plus tard, en 1859, Alexandre Lefranc réalise la première grande innovation de la marque : le tube de peinture à l’huile doté d’un bouchon à vis. Alexandre Lefranc, connu pur son génie et sa passion, a compris le besoin des Artistes de sortir de leur atelier. Cela devient donc possible grâce à la maison Lefranc, après des années de recherche sur le conditionnement de la peinture. Grâce au bouchon à vis, la famille Lefranc libère les Artistes et s’inscrit définitivement dans l’histoire de l’Art.

1859. Création du bouchon à vis.

1859. Création du bouchon à vis.

Ce profond désir d’accompagner les artistes au plus près de leurs besoins demeure aujourd’hui encore au cœur de la philosophie de la marque.

Les innovation continuèrent les années suivantes. Des produits tels le Jaune de Naples ou de nouveaux médiums voient alors le jour. Dans le même temps, de nombreuses couleurs à l’huile sont crées par la maison Lefranc. Des couleurs à l’huile à la pureté et à la composition inégalables aujourd’hui encore. Les peintures à l’huile Lefranc se déclinent en peinture à l’huile fine Lefranc et l’extra extra-fine.

Grâce à l’industrialisation la marque peut vendre ses produits en Italie, en Belgique ou en Allemagne dès 1885. Cela marque le début de l’exportation et d’une notoriété bientôt mondiale.

La naissance de Lefranc Bourgeois, comme une évidence

C’est en 1965 que la marque Lefranc Bourgeois que nous connaissons aujourd’hui est créée. Le rapprochement des maisons Lefranc et Bourgeois est vécu comme une évidence. En effet, à cette époque la maison Bourgeois innove déjà depuis de nombreuses années dans le domaine de la peinture beaux-arts : création de la gouache moderne et rajeunissement des médiums Flamand et Vénitien. De plus, la maison Bourgeois est l’une des premières à créer les peintures dites « non dangereuses ». Enfin, sans la famille Bourgeois, la laque de garance Cramoisie n’aurait jamais vu le jour.

La saviez-vous ? La maison Bourgeois est celle qui a mis au point le procédé pour extraire la garance. La nuance « Laque de garance cramoisie » est aujourd’hui disponible dans les huiles extra-fine Lefranc Bourgeois.

 

Aujourd’hui encore les valeurs de Lefranc Bourgeois se transmettent de génération en génération, en restant axées sur les éléments essentiels depuis sa création : une passion pour la couleur, une volonté de repousser toujours plus loin les limites scientifiques et industrielles.

D’ailleurs, après l’innovation du tube de peinture au bouchon à visser, Lefranc Bourgeois innove en 2017 en libérant les émotions… Ces nobles peintures à l’huile extra-fine et fine promettent à la marque de marquer les esprits et de faire de cette année un nouveau tournant. Un de plus, pour notre plus grand plaisir…

huile extra fine lefranc bourgeois, peinture a l'huile lefranc bourgeois, nouvelle peinture à l'huile extra fine lefranc - Label Art

 

« À la fois au service du peintre et à l’avant garde de l’Art, Lefranc Bourgeois invente son métier : un savoir-faire sans cesse réinventé, des couleurs toujours plus fines, expressives ou sophistiquées. »

 

Pour aller plus loin :

Lefranc Bourgeois vous raconte son histoire

Lefranc Bourgeois vous présente ses nouvelles huiles

La nouvelle peinture à l’huile extra-fine de Lefranc Bourgeois

vendredi 20 octobre 2017

huile fine lefranc, nouvelle huile lefranc bourgeois, peinture huile extra fine - Label Art

 

Pour ses 300 ans, la marque qui a libéré les Artistes peintres souhaitent libérer les émotions. Après avoir créé le tube de peinture qui a permis aux peintres de sortir de leurs ateliers, la marque leur propose à présent une peinture au rendu unique, pour libérer et exprimer leurs émotions… Découverte.

La nouvelle peinture à l’huile extra-fine de Lefranc Bourgeois

La nouvelle peinture à l’huile extra-fine propose à l’Artiste une texture plus dense. Cette modification de texture est le fruit d’une recherche de la marque pour comprendre au mieux les besoins des peintres. Ainsi, la consistance de cette huile répond aux attentes des Artistes : une huile plus ferme, non grasse et plus homogène.

Huile extra fine lefranc bourgeois, peinture lefranc bourgeois, peinture huile extra-fine– Label Art copie

Nouvelle huile extra-fine Lefranc Bourgeois

Lefranc Bourgeois a également veillé au choix de ses pigments. Ainsi la pureté est devenue un critères essentiel de sélection pour les pigments destinés à fabriquer l’huile extra-fine. Les couleurs obtenues bénéficient ainsi d’un pouvoir couvrant exceptionnel et d’une résistance optimale à la lumière et dans le temps.  De plus, les nuances obtenues apportent une grande brillance à l’oeuvre, un éclat saisissant et une singulière intensité.
huile extra fine lefranc bourgeois, peinture a l'huile lefranc bourgeois, nouvelle peinture à l'huile extra fine lefranc - Label Art
D’ailleurs, les chimistes de Lefranc Bourgeois ont réussi à créer pour cette nouvelle peinture à lhuile extra fine un nuancier spécial, qui présente un spectre plus équilibré de teintes, de variations et d’opacités. Le nuancier s’est considérablement agrandit, avec de nouvelles couleurs et bien d’autres avantages… En effet, la gamme propose maintenant 29 nouvelles couleurs et 63 nuances mono-pigmentaires ! Par conséquent, les couleurs sont parfaitement miscibles entres elles, sans risquer d’obtenir des nuances dites « sales ». Cette totale miscibilité est également rendue possible grâce à la suppression des couleurs à base d’oxyde de plomb.

D’ailleurs, 8 des nuances proposées ont l’avantage d’être des peintures sans cadmium. Lefranc Bourgeois est la première maison beaux-arts à proposer une alternative écologique dans la fabrication des ses peintures à l’huile. En plus de devenir bien moins toxiques, les peinture sans cadmium restent éclatantes : la peinture restitue effectivement toutes les caractéristiques du pigment qui la compose. Ainsi, la force et la puissance des nuances restent intactes.

Le saviez-vous ? Les peintures sans cadmium représentent une innovation mondiale, signée Lefranc Bourgeois !

Label Art vous propose l’huile extra fine en 40ml et en tube de 200ml ainsi qu’en set de 12 tubes de 20ml. Retrouvez le nuancier Lefranc Bourgeois en cliquant ici.

Coffret de la nouvelle peinture à l'huile extra-fine Lefranc Bourgeois

Coffret de la nouvelle peinture à l’huile extra-fine Lefranc Bourgeois

La nouvelle huile fine de Lefranc Bourgeois

La peinture à l’huile fine s’adresse aux étudiants, aux amateurs ou aux débutants dans cette noble technique. En effet, l’huile fine permet de s’initier à cette technique tout en bénéficiant d’un très bon rapport qualité/prix. Pour les peintres professionnels ou confirmés, cette huile fine représente une excellente alternative pour réaliser les fonds et aplats ou les ébauches à moindre coût.

La nouvelle huile fine de Lefranc Bourgeois

La nouvelle huile fine de Lefranc Bourgeois

Cette peinture à l’huile présente de nombreuses qualités. Elle bénéficie notamment d’une excellente résistance dans le temps grâce à la qualité de ses pigments. À cela s’ajoute un fort pouvoir couvrant. De plus, ses couleurs jouissent d’une réelle vivacité : les nuances délivrent éclat et intensité, pour de puissants résultats.

Cette nouvelle peinture Lefranc Bourgeois se décline en 48 nuances. Autant de possibilité pour découvrir cette peinture, s’essayer à la technique du couteau ou acquérir des couleurs moins sollicitées.

Coffret pour s'initier à la technique de la peinture à l'huile par Lefranc Bourgeois

Coffret pour s’initier à la technique de la peinture à l’huile par Lefranc Bourgeois

Label Art décline cette huile fine Lefranc en tubes de 40ml et 150ml ainsi qu’en 3 sets de peinture.

Nouveau logo Lefranc Bourgeois, huile lefranc bourgeois, peinture huile fine, peinture huile extra fine, peinture lefranc bourgeois

Envie d’en savoir plus sur ces nobles peintures ? Lefranc Bourgeois vous propose de nombreux tutoriels à retrouver en cliquant ici.

Retrouvez également la présentation de ces huiles dans une vidéo signée Lefranc Bourgeois.

La règle du « gras sur maigre »

lundi 21 novembre 2011

Je ne sais pas si je suis bonne pédagogue, je l’espère, car il y a un point sur lequel il semble que mes explications n’ont pas été claires et bien comprises lors d’articles précédents. C’est la règle du gras sur maigre, pour la peinture à l’huile. Elle n’est pas si évidente à comprendre et à appliquer.

Cette règle sous entend un travail en plusieurs étapes, en attendant entre chaque étape, le séchage en surface de la peinture. Elle sous entend également l’utilisation impérative d’un médium.

Comment procéder ?

  1. Première étape. Je réalise mon ébauche avec ma peinture et mon médium 1. Ce médium 1 sera composé d’un mélange à volume égal d’essence (pétrole ou téré) et de médium de base, que l’on trouve en flacon du genre médium flamand, médium incolore Lefranc & bourgeois, médium à peindre Talens etc.
  2. Etape 2. Je pose d’autres couleurs, superpose, glace, rehausse, corrige mon ébauche avec ma peinture et mon medium 2. Celui-ci sera composé d’un mélange de 2/3 de médium de base avec seulement 1/3 d’essence. Ainsi ma peinture est dite plus grasse, car elle est travaillée avec un médium plus riche en résine, plus gras (résine = gras).
  3. Dernière étape. Cela peut être l’étape des glacis et ultimes retouches. J’utilise cette fois mon médium 3. Celui-ci sera en fait le médium de base que j’utilise pur. Ma peinture est encore plus grasse car encore plus riche en résine.

J’ai ainsi respecté cette fameuse règle du gras sur maigre. Mais pourquoi donc ? En séchant (enfin je devrais dire en siccativant) ma peinture durcit et se contracte. Des tensions s’opèrent en surfaces. Il faut alors assurer à ma peinture suffisamment de souplesse pour supporter ces tensions. Ma couche de peinture en étape 1 en séchant à cœur, inflige ces tensions à la couche de peinture en étape 2, et ainsi de suite. Il faut alors que ma couche 2 soit plus souple et plus tendre (donc plus grasse et plus lente à sécher à cœur) pour supporter cela.

Si a l’inverse, ma couche 2 était pauvre en résine, donc plus maigre que la couche 1, elle sécherait plus vite, durcirait, et supporterait mal les tensions de la couche 1 pas encore sèche. D’où l’apparition dans ce cas de craquelures, frisures, embus etc.

Voila ! J’ai été claire ? Sinon j’abandonne 😉

Concilier tempera et technique à l’huile

lundi 17 octobre 2011

Avant la peinture à l’huile, la technique maîtresse utilisée pour la peinture de chevalet était la tempera. Un médium à base d’œuf dans lequel étaient broyés les pigments. L’eau servait alors de diluant.

Lorsque les techniques de peinture à l’huile se développèrent et se perfectionnèrent, certains peintres, et notamment les flamands, concilièrent ces deux techniques. En effet, beaucoup utilisait la tempera en première étape de réalisation d’un tableau, pour ensuite travailler par-dessus à l’huile ; En respectant ainsi la fameuse règle du « gras sur maigre ».

De cette astuce on peut aujourd’hui en garder le principe. A savoir réaliser l’ébauche de notre œuvre avec une peinture à l’eau (acrylique, caséine, vinylique), et poursuivre avec une peinture à l’huile. C’est dans ce sens, huile sur eau, parfaitement compatible. Cela permet de gagner du temps en délai de séchage, et d’avoir des fonds très précis. Et vous verrez qu’en adoptant cette technique, petit à petit vous irez de plus en plus loin à l’eau, pour ne réaliser que de petites finitions à l’huile.


Petite devinette : Quelle est la différence entre un vernis à peindre, à retoucher et à tableaux ?

jeudi 6 octobre 2011

La solution est toute simple mais il est bon de comprendre ce qui fait leur spécificité. Je précise que nous sommes ici dans le registre peinture à l’huile.

Tout d’abord, qu’est ce qu’un vernis ? C’est un composé de résine grasse, et de solvant. Dans la catégorie résine grasse, il en existe plusieurs qui chacune à un caractère bien précis. Cela va de la dureté après séchage, à la souplesse en passant par sa vitesse de séchage. Les résines les plus courantes que l’on peut acheter sont :

Les formules modernes :

les « acrylique » : séchage rapide et aspect satiné. Non jaunissant.

les « cétonique » : séchage plus rapide et plus brillant. Non jaunissant.

Issue de recettes traditionnelles.

les « mastic » : Beau brillant, très résistant, séchage rapide mais reste collant plus longtemps. Jaunissant.

Les « dammar » : très capricieux ! séchage lent. Très brillant. Sensible à l’humidité. Jaunissant. A déconseiller.

Les « copal » : très résistant. Séchage rapide. Très brillant. Jaunissant également.

Ajouté à cette résine il y a de l’essence, de pétrole ou de térébenthine. L’essence de pétrole s’évapore plus vite et à tendance à diminuer la brillance.

Voila pour la composition d’un vernis à tableau, ou plus précisément, vernis de finition.

A noter qu’un tel vernis se pose au bout de 4 à 8 mois, sur une œuvre terminée, pour éviter les accidents (craquelures et frisures). Pas avant !

Si l’on augmente la quantité d’essence dans ces formulations, on obtient ce que l’on appelle un vernis à retoucher. Celui-ci a une prise encore plus rapide. Il permet de reprendre une fois l’œuvre terminée quelques détails, ou de nourrir les embus (zones de matité faisant tâche).Mais ce n’est donc pas un vernis définitif.

C’est juste un vernis de transition pour quelques retouches.

Puis nous avons le vernis à peindre. Là, l’appellation est trompeuse puisqu’il s’agit tout simplement de médium, pour exécuter son tableau. Il est moins chargé en résine que le vernis à retoucher.

L’idéal, est de conserver le même type de résine pour son tableau, du médium à peindre jusqu’au vernis. Ainsi on évite tout problème de séchage et compatibilité.

En finition, on a le choix entre du satiné ou du brillant. Les vernis mat à tableaux n’existent pas réellement. Si l’on recherche la matité, il faut utiliser un médium à peindre mat et oublier le vernis en finition.

Et pour finir, évitez absolument les vernis de grandes surfaces (polyuréthane, acrylique, glycéro, alkyde uréthane). Ils ne sont pas adaptés et jaunissent terriblement.

Médium Vénitien : une matité parfaite

mardi 4 octobre 2011
Vernis vénitien Lefranc & Bourgeois

Médium vénitien Lefranc & Bourgeois

La peinture à l’huile, ça brille ! Et oui ! Cela parait inévitable dans la mesure où l’un des constituants principaux de cette peinture est l’huile. De plus pratiquement tous les médiums contiennent une résine grasse qui en définitive brille aussi. A l’exception d’un médium ! Voila donc comment faire pour obtenir une peinture à l’huile mate.

Je vous livre mon secret qui ravira tous ceux qui recherchent la matité.

Le secret c’est le médium vénitien Lefranc et Bourgeois. Il est formulé avec de la cire.

Mais attention pour un beau rendu mat voila comment procéder :

Avant de peindre, sur sa palette, mélanger une noix de médium et une noix de couleur avec un couteau. Faire ça évidement pour chaque couleur utilisée.

Ensuite peindre en fluidifiant si besoin nos couleurs avec de l’essence de pétrole (white spirit). Ne pas utiliser d’essence de térébenthine car celle-ci a la particularité d’augmenter la brillance des couleurs.

Vous verrez qu’après séchage (très rapide avec ce médium), le tableau est mat. Après plusieurs mois, pour conserver cette matité vous pourrez même vernir comme je l’ai indiqué dans un article précédent avec le vernis mat Talens.

Huile Fine by Lefranc & Bourgeois

jeudi 8 avril 2010

Depuis près de trois siècles, Lefranc & Bourgeois met tout son savoir et ses innovations technologiques au service des artistes.

Quand les peintres utilisent pour la première fois une huile siccative et une résine tendre en tant que liant de broyage des pigments (Van Eyck 1410), ils découvrent une matière noble, pleine de subtilité et de finesse, permettant la reprise du travail dans le frais, et une bonne résistance à l’humidité.

L’école vénitienne reprendra a recette flamande en l’adaptant vers plus de vivacité, plus de force et de vigueur.

La peinture à l’huile acquiert ses lettres de noblesse.

Aujourd’hui, au début du XXIème siècle, Lefranc & Bourgeois a mis au point une nouvelle gamme de couleurs à l’huile intégrant les toutes dernières innovations de la chimie pigmentaire, et propose ainsi une synthèse des couleurs les plus incontournables de la palette de l’Artiste.

Le nom de cette gamme est Fine. Elle bénéficie de tout contrôle et la maîtrise de leur métier d’artisan de la couleur, qui depuis 1720 œuvre à mettre à la disposition des artistes les formulations les plus adaptées à leurs besoins.

Fine est proposée par Label Art en deux formats : 40 ml et 150 ml.

Les 50 couleurs vous offrent une palette complète pour vos mélanges et l’utilisation de nuances spécifiques. Elles ont été sélectionnées parmi les plus utilisées et Lefranc & Bourgeois a limité volontairement le choix en couleurs dégradées (teintes proposées avec adjonction de blanc) pour vous laisser une totale liberté dans votre recherche de tons et de valeurs.

Le broyage est réalisé dans le plus pur respect des traditions. Lefranc & Bourgeois utilise des broyeurs tri-cylindres (granit ou acier) mis au point à la seconde moitié du XIXème siècle.  Plus le nombre de broyage est élevé, moins il y a d’agrégats et plus la pâte est lisse et uniformément colorée.

Les huiles Fine de Lefranc & Bourgeois se caractérisent donc par l’extrême finesse de leur broyage.

Une recherche rigoureuse et très sélective des meilleurs pigments a permis de vous offrir des couleurs exceptionnelles, avec des tenues lumière excellentes comme le vert émeraude, les jaune, rouge et bleu primaires, le ton rouge de cadmium clair et blanc de titane.

Lefranc & Bourgeois vous propose également des couleurs issues de sa gamme extra-fine, qui ont acquis une très forte notoriété auprès des artistes, comme le ton vert Véronèse, la terre verte, le bleu Rex ou encore le brun Van Dyck ou le gris de Payne.

La gamme offre également un parfait équilibre entre opacité et transparence. Ainsi, vous trouverez une large gamme de couleurs opaques, en sélectionnant les différents cadmiums imitation de très haute qualité, dans la gamme de jaune, orange ou rouge, et qui conservent une forte intensité, même après mélange au blanc, mais également à travers le bleu turquoise ou le jaune brillant clair, à la fois lumineux et opaque.

Vous découvrirez aussi des nuances pures et très sombres en ton plein, telle que le rose de quinacridone, qui vous surprendra par sa vivacité et sa puissance, le vert de chrome clair ou le violet rouge, nuances que l’on pourra dégrader avec du blanc, pour que ses tonalités s’expriment à des degrés différents d’intensité.

Enfin, la gamme dispose de deux nuances métalliques aux reflets doré ou argenté, qui vous séduiront.

Info plus :

  • Les liants utilisés sont l’huile de lin pour toutes les couleurs, et l’huile de soja pour les trois blancs (afin d’éviter leur jaunissement dans le temps)
  • 43 nuances sur les 50 sont dotées d’une excellente tenue à la lumière, de par la sélection des pigments
  • Pureté des teintes : 24 couleurs de la gamme sont monopigmentaires, dont les trois primaire. L’utilisation d’un pigment unique permet des tonalités plus propres et plus vives des mélanges.

Enfin, cette gamme bénéficie actuellement d’un prix net promotionnel très avantageux, puisqu’elle vous est proposée à seulement 4,99 euros le tube de 150 ml

Cette offre est valable jusqu’au 30 avril.