Articles taggés avec ‘talens’

Inauguration du LAB de Label Art : cours de peinture à Toulon

mercredi 16 novembre 2016

Depuis quelques semaines déjà, vous êtes nombreux à avoir remarqué que quelque chose se prépare en magasin… Pourquoi ces bâches de protection ? Pourquoi ces ouvriers et leurs outils ? Puis vous l’avez vu, ce panneau « Label Art s’agrandit ». Alors là, vos questions ont continué, et nos réponses se sont faites plus précises… Aujourd’hui je vous dis tout ! Attention, cela risque fortement de vous plaire…
Label Art var

Un magasin beaux-arts dans le Var de près de 600 m²

Avant tout, je peux vous annoncer que Label Art double sa surface de vente ! Ce ne sont plus 300 mais près 600m² de fourniture beaux-arts, de support, d’encadrement et de loisirs créatifs qui vous ouvrent leurs portes. Pour cela, nous avons élargi de nombreuses gammes et en avons rentré de nouvelles.

Les amoureux du dessin et du graphisme seront heureux d’apprendre que nous avons répertorié l’ensemble des marqueurs Winsor & Newton : les Pigment Markers, les marqueurs aquarelle, les Brushmarkers et même les sticks d’aquarelle ! Mais ce n’est pas tout : nous proposons maintenant une large gamme de produits de chez Liquitex : les Encres acrylique Liquitex Ink, les brosses Freestyle et même les marqueurs Liquitex Paint Markers !

Pour les Artistes amoureux des beaux-arts, nos gammes d’acrylique et d’huile se sont considérablement élargies, à l’image de l’arrivée de l’huile Winton de Winsor & Newton, de l’huile extra-fine Sennelier mais aussi de l’acrylique extra-fine de Sennelier.

Tous ces produits beaux-arts vous attendent déjà dans la première partie du magasin, de 300m², que vous connaissez depuis maintenant deux ans.

 

Je vous imagine en train de vous demander… « mais qu’y aura-t-il dans la seconde partie? » et bien… vous y retrouverez tous nos encadrements, avec les dernières collections, mais aussi tous nos supports ! Toiles coton, châssis entoilé en lin, les châssis nus et rouleaux de toile… !

Et ce n’est pas tout…

 

Le LAB de Label Art

Imaginez. Un endroit unique. Un lieu d’échange et de convivialité. Un espace complet dédié à l’Art. Bienvenue dans le LAB de Label Art.

Logo LAB Label Art Six Fours

 

Dans le LAB, vous trouverez des salles de cours, avec des ateliers animés notamment par l’Artiste peintre Sandrot (couvrez son magnifique univers en cliquant ici), mais aussi par le célèbre Renaud JOBIN, la grande Christine COLLIN et, enfin, l’exceptionnelle Geneviève CANTO que nous vous présentions déjà en 2014 (l’article est à redécouvrir ici).

Le ateliers seront également ouverts à tous les Artistes qui souhaitent bénéficier d’un lieu de travail le temps d’une journée, de quelques jours, d’une semaine, d’un mois ou plus…

Les salles de cours de peinture seront dévoilées lors de notre inauguration !

 

Alors, surtout, retenez bien la date : le jeudi 24 novembre. Il s’agit du jour où nous organisons l’inauguration du LAB et de la nouvelle partie du magasin. La journée la plus artistique de l’année !

 

Le LAB de Label Art

 

Retrouvez les détails de cet événement sur notre page Facebook ou n’hésitez pas à nous appeler au 04 94 06 81 80 !

 

Nous vous donnons rendez-vous le 24 novembre, à partir de 10 heures jusqu’à 21 heures pour la plus grande journée créative de l’année !

Camille de Label Art

Savez-vous que le gesso sert aussi dans la technique du pastel ?

lundi 29 avril 2013

Je vous en ai déjà parlé.

J’ai vanté son utilité et ses bienfaits.

C’est le  produit incontournable pour la préparation de nos surfaces à peindre :

Le gesso.

Cet apprêt est préconisé pour obtenir une surface accrochante, stable, et un fond bien garni. Les toiles de mauvaise qualité, le bois, le carton, et toutes autres surfaces brutes nécessitent un tel apprêt.

Et bien voilà l’astuce du jour. Un certain gesso peut aussi servir d’apprêt pour le travail au pastel sec. Le gesso Lefranc & Bourgeois, a toutes les qualités pour transformer un simple papier en papier spécial pastel sec.

Munissez-vous d’un papier à dessin ordinaire 200gr minimum. Passez sur celui-ci juste une couche de gesso, avec un petit rouleau à peindre appelé patte de lapin ( poils mi- longs). Et voilà ! Après séchage on peut travailler au pastel comme tout autre papier spécial. Le fond ainsi peint est mat et offre un léger grain qui accroche bien le pastel. On peut alors charger en matière sans saturer le support. Les papiers spéciaux sont généralement colorés. Pas de souci, on pourra obtenir la teinte de son choix en ajoutant un peu de peinture acrylique à notre gesso. Généralement, les papiers pastel sont chers et il est difficile de trouver des formats grands. Cette astuce nous permet alors de travailler sur des feuilles de grandes dimensions, bon marché, puisqu’il est facile de trouver des grandes feuilles de papier à dessin.

Nos portes monnaies apprécieront aussi cette combine.

Toutefois, il me faut avertir les inconditionnels du fameux et si particulier pastel card, un papier ainsi préparé n’aura pas les même qualités abrasives mais restera très performant.

Les produits :

Gesso Lefranc & Bourgois

Gesso Liquitex

Gesso Talens

Pastel Card by Sennelier

Spécial dossier : les glacis

mardi 28 août 2012

Nouveau grand dossier à suivre  : « les glacis »

On lit souvent bien des horreurs et inepties sur la manière d’appliquer cette technique. Voici venu le temps d’un vrai cours sur le sujet.

Tout d’abord qu’est ce qu’un glacis ? C’est un « jus » obtenu avec du medium et peu de couleur. La spécificité d’un glacis est d’être transparent. Il a pour fonction d’apporter une nouvelle valeur colorée sans couvrir la surface de fond. Il permet alors de corriger, modifier, une couleur de base, mais aussi de changer son apparence en apportant cette transparence.

Un glacis s’applique donc sur une surface déjà peinte. C’est la dernière étape pour achever une œuvre. Il faudra alors veiller à bien respecter la règle du gras sur maigre si l’on peint à l’huile évidement. A l’acrylique nous n’avons pas cet impératif, et nous pouvons réaliser des glacis à n’importe quel moment de l’exécution de l’œuvre. Pour l’huile, nous prendrons le même médium que pour la conduite du travail, mais avec moins d’essence, voire même pur (donc plus gras). C’est pour cette raison qu’il est nécessaire d’anticiper toutes ces étapes pour bien doser son médium (médium +essence). Ensuite et toujours si l’on peint à l’huile, il faut attendre le séchage complet du travail, sous peine de catastrophe ! On peut alors appliquer nos glacis.

Passons maintenant aux domaines d’application, et ils sont multiples.

1- La correction de valeur

Vous avez peint des oranges, mais la couleur vous semble terne et manque de fraicheur et vivacité. Un peu de médium teinté de rouge de cadmium passé sur ces fruits et ils retrouvent une joli couleur forte et lumineuse. Ce glacis n’occultera pas le travail du modelé. Il changera juste la couleur d’ensemble. Idem sur un nu si la couleur de peau est trop fade, avec un glacis teinté de carmin, ou d’orange. Des feuilles trop ternes, et hop, un petit glacis de vert de vessie et la plante reprend vie. Un glacis bleu sur un fond rouge et vous aurez un violet magnifique. On peut opérer ainsi sur chaque élément distinctement pour corriger et ajuster la couleur.

2- L’harmonisation

Il peut se produire une fois l’œuvre terminée, qu’il manque une cohésion entre les couleurs de l’ensemble. Les éléments se distinguent trop violemment les uns des autres. On peut alors corriger cela pour que l’ensemble retrouve une harmonie et un lien. Un glacis passé sur toute la composition pallie à ce défaut. Imaginons un paysage avec des valeurs de vert dans les feuillages et arbres trop distinctes. On passe un glacis d’ocre jaune, de vert olive ou vert de vessie, et l’ensemble retrouve une unité. Un glacis léger de terre d’ombre brûlée sur une nature traitée en clair obscur est d’un très bel effet. Je conviens que cette subtile utilisation du glacis n’est que rarement nécessaire.

3- La patine

Là c’est vraiment tout simple et à expérimenter au plus vite. On passe un jus teinté de terre d’ombre naturelle et l’œuvre semble sortir tout droit d’un grenier, ou d’une collection de chef d’œuvre du XVIIIème.

4- Les effets spéciaux

Mais non c’est pas grâce aux glacis que l’on va créer un effet 3D comme au cinéma. Plus simplement on peut créer une impression de brume, de fumée, de neige avec un jus légèrement coloré de blanc et de terre de sienne naturelle. On peut d’une autre manière peindre la transparence du verre (voir la démo de Roland sur « comment peindre le verre »), et des reflets sur une surface que l’on veut brillante.

5- Les frottis

Ils s’apparentent aux glacis mais s’appliquent différemment. Ici ce n’est pas un jus que l’on passe, mais on dépose délicatement en frottant du bout d’une brosse, un peu de couleur. Superbe effet pour salir ou patiner un objet, apporter un grain, une texture particulière, et toujours sans recouvrir ni occulter le dessous.

Pour toutes ces applications pas besoin de couleurs spécifiques ou transparentes. C’est le glacis en lui-même qui apporte cette transparence. En conclusion le choix du médium a son importance. Mon grand préféré est le medium flamant de Lefranc et Bourgeois. Il y a également en complément du médium à peindre Talens, le glazing médium de Talens, qui est efficace.

Les glacis existent sous forme de flacons, découvrez-les chez Label Art :

Je vous présente la gamme Cobra by Royal Talens

vendredi 23 mars 2012

 

Je vous présente une nouveauté dans la gamme huile, ou eau, enfin les deux !!!!

En fait il s’agit d’un nouveau type de peinture spécialement adaptée pour éviter les solvants. Beaucoup d’entre nous ne supporte pas les odeurs et vapeurs d’essence que l’on utilise avec la peinture à l’huile.

La gamme Cobra de Talens est une peinture à l’huile que l’on utilise avec de l’eau à la place de solvant. C’est une peinture hybride.

Elle présente de multiples qualités. La première est qu’elle garde toute les spécificités d’une huile. Elle est onctueuse, avec une forte concentration pigmentaire qui donne de belles couleurs intenses et lumineuses. Elle sèche lentement et donc se travaille comme une huile classique. Cela permet de réaliser de beaux dégradés, de beaux fondus, avec une touche subtile et précise.

Ensuite, autre point fort, elle se dilue à l’eau. C’est-à-dire que pour varier sa consistance, on peut modifier sa tenue, la rendre plus fine, plus fluide en ajoutant un tout petit d’eau. Bien évidement, le nettoyage des brosses se fait sous l’eau aussi.

Elle peut être travaillée avec trois médiums de sa gamme. Ceux-ci apporteront de la fluidité, de la transparence, de la brillance, et une meilleure pérennité à la peinture en l’enrichissant de résine. Ces médiums permettent donc de réaliser des glacis, des aplats, ou comme avec le médium en pate, un travail au couteau et en épaisseur.

Ceux-ci sont aussi miscibles à l’eau.

A cela on ajoute un large choix de couleur pour parfaire ses qualités.

Plus d’odeurs, finies les allergies! C’est qu’il y a parmi nous de petite nature!

Si vous connaissez et l’avez essayée, votre avis nous intéresse.

Comment maîtriser le cache liquide en aquarelle?

mercredi 7 décembre 2011

Le masque liquide sert à isoler les zones qui doivent rester blanches sur une aquarelle, en leur évitant le contact avec la peinture. S’il ne faut pas en abuser – cette technique consiste avant tout à savoir maîtriser l’eau et gérer les blancs, aussi importants que la couleur – ce masque, aussi appelé gomme de réserve, vous rendra bien des services pour les endroits “critiques”.

Aussi je l’utilise essentiellement pour les petits détails, là où on n’a pas le droit à l’erreur, comme les reflets dans les yeux d’un sujet, les plis des lèvres, les gouttes de rosée sur les fleurs. On retire ensuite le cache sec à la gomme ou au doigt.

Ne jetez pas vos vieux pinceaux ! Ils vous seront extrêmement utiles pour l’application du fluide, qui est difficile à faire partir des ustensiles car il y forme une peau. Pour cette raison j’évite d’y soumettre mon matériel neuf ou haut de gamme.

Deux marques de gomme de réserve, Talens et Lefranc & Bourgeois, se complètent parfaitement puisque leur fluidité, leur teinte et leur mode d’application sont différentes. Je n’hésite pas à jongler avec les deux selon l’effet que je souhaite obtenir.

Cache liquide Lefranc & Bourgeois

Cache Liquide Lefranc & Bourgeois

Cache Liquide Lefranc & Bourgeois

Le drawing gum LEFRANC & BOURGEOIS quant à lui est d’un blanc immaculé, bien opaque et plus épais que son concurrent. A celui-là je réserve les endroits plus étendus, en l’étalant avec de plus gros pinceaux. Il fait merveille avec les techniques à l’éponge ! Je le trouve moins facile à enlever que le fluide Talens, mais son gros défaut vient de sa conservation dans le temps. Il faut en effet veiller à secouer le flacon de temps en temps même quand vous ne comptez pas vous en servir, sinon le drawing gum s’épaissit en prenant une consistance de soupe au tapioca… toujours utilisable, mais beaucoup plus difficile à exploiter !

Il n’en reste pas moins un produit bien fini, qui ne laisse aucune trace sur le papier une fois retiré.

Cache liquide Talens

Cache liquide TALENS

Cache liquide TALENS

Le cache liquide TALENS est gris, très fluide et transparent. Sa couleur bien visible facilite son application et sa fluidité permet de réaliser des détails d’une grande précision. Je m’en sers avant tout pour isoler les légers reflets sur les visages, fleurs et objets, en l’associant à des plumes à dessin ou des pinceaux de petits calibres. L’utilisation d’une vieille brosse à dents par frottement ou projection de gouttelettes donne aussi des résultats intéressants. Je reprocherai simplement à ce cache de laisser parfois le papier moins blanc qu’à l’origine une fois enlevé.

Voir les masques : cliquez ici

La règle du « gras sur maigre »

lundi 21 novembre 2011

Je ne sais pas si je suis bonne pédagogue, je l’espère, car il y a un point sur lequel il semble que mes explications n’ont pas été claires et bien comprises lors d’articles précédents. C’est la règle du gras sur maigre, pour la peinture à l’huile. Elle n’est pas si évidente à comprendre et à appliquer.

Cette règle sous entend un travail en plusieurs étapes, en attendant entre chaque étape, le séchage en surface de la peinture. Elle sous entend également l’utilisation impérative d’un médium.

Comment procéder ?

  1. Première étape. Je réalise mon ébauche avec ma peinture et mon médium 1. Ce médium 1 sera composé d’un mélange à volume égal d’essence (pétrole ou téré) et de médium de base, que l’on trouve en flacon du genre médium flamand, médium incolore Lefranc & bourgeois, médium à peindre Talens etc.
  2. Etape 2. Je pose d’autres couleurs, superpose, glace, rehausse, corrige mon ébauche avec ma peinture et mon medium 2. Celui-ci sera composé d’un mélange de 2/3 de médium de base avec seulement 1/3 d’essence. Ainsi ma peinture est dite plus grasse, car elle est travaillée avec un médium plus riche en résine, plus gras (résine = gras).
  3. Dernière étape. Cela peut être l’étape des glacis et ultimes retouches. J’utilise cette fois mon médium 3. Celui-ci sera en fait le médium de base que j’utilise pur. Ma peinture est encore plus grasse car encore plus riche en résine.

J’ai ainsi respecté cette fameuse règle du gras sur maigre. Mais pourquoi donc ? En séchant (enfin je devrais dire en siccativant) ma peinture durcit et se contracte. Des tensions s’opèrent en surfaces. Il faut alors assurer à ma peinture suffisamment de souplesse pour supporter ces tensions. Ma couche de peinture en étape 1 en séchant à cœur, inflige ces tensions à la couche de peinture en étape 2, et ainsi de suite. Il faut alors que ma couche 2 soit plus souple et plus tendre (donc plus grasse et plus lente à sécher à cœur) pour supporter cela.

Si a l’inverse, ma couche 2 était pauvre en résine, donc plus maigre que la couche 1, elle sécherait plus vite, durcirait, et supporterait mal les tensions de la couche 1 pas encore sèche. D’où l’apparition dans ce cas de craquelures, frisures, embus etc.

Voila ! J’ai été claire ? Sinon j’abandonne 😉

Médium Vénitien : une matité parfaite

mardi 4 octobre 2011
Vernis vénitien Lefranc & Bourgeois

Médium vénitien Lefranc & Bourgeois

La peinture à l’huile, ça brille ! Et oui ! Cela parait inévitable dans la mesure où l’un des constituants principaux de cette peinture est l’huile. De plus pratiquement tous les médiums contiennent une résine grasse qui en définitive brille aussi. A l’exception d’un médium ! Voila donc comment faire pour obtenir une peinture à l’huile mate.

Je vous livre mon secret qui ravira tous ceux qui recherchent la matité.

Le secret c’est le médium vénitien Lefranc et Bourgeois. Il est formulé avec de la cire.

Mais attention pour un beau rendu mat voila comment procéder :

Avant de peindre, sur sa palette, mélanger une noix de médium et une noix de couleur avec un couteau. Faire ça évidement pour chaque couleur utilisée.

Ensuite peindre en fluidifiant si besoin nos couleurs avec de l’essence de pétrole (white spirit). Ne pas utiliser d’essence de térébenthine car celle-ci a la particularité d’augmenter la brillance des couleurs.

Vous verrez qu’après séchage (très rapide avec ce médium), le tableau est mat. Après plusieurs mois, pour conserver cette matité vous pourrez même vernir comme je l’ai indiqué dans un article précédent avec le vernis mat Talens.

Médium Heavy Gel mat pour acrylique Talens

lundi 11 juillet 2011

Ce gel qui devrait ravir les adeptes du couteau à peindre, permet de transformer une acrylique à viscosité moyenne en peinture de consistance épaisse, en la revêtant d’un aspect plus mat.

Associé à la Liquitex Ink, vous pourrez travailler celle-ci à l’état pâteux, ou réaliser un rendu nervuré en traçant des gouttières dans le médium frais pour venir ensuite y verser l’encre acrylique liquide. Les possibilités d’expression sont nombreuses et il ne faut pas hésiter à “cuisiner” sa peinture et ses médiums, on tombe parfois sur des résultats vraiment sympa !

Le gel Extra-Heavy de Talens possède un potentiel de finis encore plus vaste, ce qui amène souvent à jongler avec les deux médiums selon l’effet recherché.

Voir le produit : cliquez ici

Médium acrylique Talens

Médium acrylique Talens

Diluer sa peinture avec du white spirit … c’est bien?

vendredi 8 avril 2011
Peindre à l'huile : les essences

Peindre à l'huile : les essences

Une distraction favorite de mon amie Christelle, est de me regarder peindre, une tasse de thé à la main, lovée sur le petit sofa de mon atelier. Selon son humeur du jour, je suis soit complimentée, soit critiquée, soit assaillie d’interrogations sur mes sujets, ma technique et autre…je précise qu’elle peint également.

Aujourd’hui, alors que je m’exerçais à peindre une petite nature morte dans les règles de l’art flamand, je l’entends me poser ces questions :

«  Mais dans quoi tu trempes ton pinceau ? C’est de l’essence ? Moi je dilue ma peinture avec du white spirit, c’est bien ? »

Après un petit cri étouffé de stupéfaction, me voila partie pour éclairer sa lanterne, d’une belle explication sur l’utilité des médiums pour l’huile (Petite explication qui je pense fera le plus grand bien à beaucoup).

« C’est du medium, pas de l’essence. Cela sert non seulement à diluer sa peinture, la rendre plus douce, plus onctueuse, mais aussi à l’enrichir en résine (en corps gras), pour lui assurer une bonne pérennité. Cela évite les craquelures, les embus, les frisures, et autres sinistres. C’est en utilisant du medium que l’on respecte la règle du gras sur maigre. A savoir pour l’exemple d’un tableau réalisé en 3 étapes :

-démarrer son œuvre avec une peinture maigre : avec l’adjonction d’un médium dilué avec de l’essence de térébenthine

– puis poursuivre son œuvre après séchage avec une peinture plus grasse : moins d’essence dans le médium

– terminer son tableau avec du médium pur.

Autre détail sur l’importance du médium. Il en existe de différentes sortes. Chacun a sa spécificité et ses qualités. Il y en a des très fluides, des onctueux, des pâteux. Certains prennent vite. D’autres collent à la toile et sont plus épais. Et ils auront tous une influence sur l’écriture et le rendu final. Quand au white spirit, garde le juste pour nettoyer tes outils »

A la lueur de toutes ces explications elle eut une autre question :

« Mais alors, moi, tu connais mon style et ma technique, qu’est ce que je dois prendre comme médium… ? ».

Et me voila repartie pour passer en revue tous les médiums existants, mes préférés, et ce que l’on obtient avec. A suivre ….

Découvrir ma sélection d’essences :

Essence de térébenthine Lefranc & Bourgeois

Essence sans odeur Sennelier

Essence de pétrole inodore Talens

Savez-vous ce que j’aime en lui?

vendredi 1 avril 2011
VAN GOGH coffret aquarelle

VAN GOGH coffret aquarelle

De ce petit coffret je ne dirai que du bien, tout d’abord parce qu’il a une valeur sentimentale, ensuite parce que c’est mérité. Il m’a été offert il y a longtemps par ma chère maman alors que je ne connaissais rien à l’aquarelle, et c’est donc avec lui que j’ai fait mes premiers pas dans cette technique et y ai pris goût. J’ai bien sûr eu l’occasion d’essayer d’autres coffrets de marques différentes depuis, mais aucun ne m’a autant séduite que celui-ci.

Son gros point fort, c’est son agencement si astucieux des 1/2 godets. Ils sont bien espacés, ce qui limite le risque que les couleurs pures ne coulent les unes sur les autres. Quoi de plus ennuyeux qu’un jaune se salisse par le bleu d’à côté !? Un trou est aussi pratiqué sous chaque 1/2 godet pour pouvoir le soulever et le déboîter facilement. C’est un petit truc sympa que je n’ai pas retrouvé chez Winsor & Newton et sa sketcher’s pocket box Cotman.

Comme tous les coffrets d’aquarelle, le couvercle ouvert sert de palette, celui-ci laisse en plus un emplacement ovale pour passer le pouce. L’ergonomie est bonne et on peut peindre debout sans se faire mal au doigt. Viens ensuite la phase critique du nettoyage, mais là aussi Talens a pensé à tout, car le couvercle se détache et se rattache sans problème. Le pinceau escamotable quant à lui présente une bonne qualité avec ses deux parties qui s’emboîtent parfaitement. Je n’en avais jamais utilisé auparavant et il m’a suffi d’un essai pour adhérer à 100% ! Aujourd’hui encore, je favorise ce genre de pinceaux qui offre une prise en main confortable pour la réalisation de détails minutieux.

Avec le recul, je me rends compte que la bonne finition de cet élégant coffret n’est sans doute pas pour rien dans ma prise de passion pour l’aquarelle, tant il est agréable à utiliser. Que dire de plus ? Merci Maman !

Voir le coffret : cliquez ici